Condorcet

Réflexions sur l'esclavage des Nègres

Le Monde / Flammarion - Les Livres qui ont changé le monde, 5

Paris, 2009
bibliothèque insulaire
   
parutions 2009
Réflexions sur l'esclavage des Nègres / Condorcet ; présentation par David Rochefort. - Paris : Le Monde, Flammarion, 2009. - 248 p. ; 20 cm. - (Les Livres qui ont changé le monde, 5).
ISBN 978-2-0812-2678-4
NOTE DE L'ÉDITEUR : 1781 : alors que, en plein siècle des Lumières, le commerce triangulaire connaît son apogée, la parution des Réflexions sur l'esclavage des Nègres suscite la controverse. Quels sont les arguments des partisans de l'esclavage ? Pourquoi cette pratique n'est-elle pas plus justifiable moralement qu'économiquement ? Comment organiser sa suppression progressive 1 ? Telles sont les questions auxquelles répond Condorcet dans ce brûlot 2 publié sous pseudonyme 3. Démontant un à un les rouages du discours esclavagiste, les Réflexions ont amorcé le combat pour l'abolition et incitent encore chacun à la vigilance contre toute forme d'assujettissement …

1.Au chapitre IX — Des moyens de détruire l'esclavage des Nègres par degré —, Condorcet estime qu'une politique progressive mais déterminée d'éradication de l'esclavage pourrait atteindre son objectif au bout de soixante-dix ans. L'extrême prudence de la démarche qu'il proposait allait à l'encontre de son intime conviction ; ainsi pensait-il ne pas voir rejeter sans examen un projet trop utopiste ou, pour reprendre ses mots, trop chimérique. On sait que l'abolition effective et sans retour ne fut acquise en France qu'en 1848, soixante-sept ans après la première édition des Réflexions !
2.Toujours élégant et clair, le style est souvent celui d'un brûlot (Cf. les brefs extraits ci-dessous) : la sensibilité de Condorcet s'y exprime sans détour. À l'inverse, la construction, le recueil d'information, l'argumentation et la portée politique sont d'une grande rigueur.
3.Les deux premières éditions sont signées, non sans humour, Joachim Schwartz, « un bon homme, qui aime à dire franchement son avis à l'univers ».
SOMMAIRE Épître dédicatoire aux Nègres esclaves
Mes amis.
Quoique je ne sois pas de la même couleur que vous, je vous ai toujours regardés comme mes frères. La nature vous a formés pour avoir le même esprit, la même raison, les mêmes vertus que les Blancs. Je ne parle ici que de ceux d'Europe, car pour les Blancs des Colonies, je ne vous fait pas l'injure de les comparer avec vous, je sais combien de fois votre fidélité, votre probité, votre courage ont fait rougir vos maîtres. Si on allait chercher un homme dans les Îles de l'Amérique, ce ne serait point parmi les gens de chair blanche qu'on le trouverait.
(…)

Préface des éditeurs


De l'injustice de l'esclavage des Nègres, considérée par rapport à leurs maîtres

Raisons dont on se sert pour excuser l'esclavage des Nègres

De la prétendue nécessité de l'esclavage des Nègres, considérée par rapport au droit qui peut en résulter pour leurs maîtres

Si un homme peut acheter un autre homme de lui-même

De l'injustice de l'esclavage des Nègres, considérée par rapport au législateur

Les colonies à sucre et à indigo ne peuvent-elles être cultivées que par des Nègres esclaves ?
(…)
Ainsi, le raisonnement des politiques qui croient les Nègres esclaves nécessaires se réduit à dire : Les Blancs sont avares, ivrognes et crapuleux, donc les Nègres doivent être esclaves.
(…)

Qu'il faut détruire l'esclavage des Nègres, et que leurs maîtres ne peuvent exiger aucun dédommagement

Examen des raisons qui peuvent empêcher la puissance législatrice des États où l'esclavage des Nègres est toléré, de remplir par une loi d'affranchissement général le devoir de justice qui l'oblige à leur rendre la liberté

Des moyens de détruire l'esclavage des Nègres par degré
(…)
si nous les proposons, c'est en gémissant sur cette espèce de consentement forcé que nous donnons pour un temps à l'injustice, et en protestant que c'est la crainte seule de voir traiter l'affranchissement général comme un projet chimérique, par la plupart des politiques, qui nous fait consentir à proposer ces moyens.
(…)

Sur les projets pour adoucir l'esclavage des Nègres

De la culture après la destruction de l'esclavage

Réponse à quelques raisonnements des partisans de l'esclavage
(…)
quand les paysans français seraient pendant trente jours par année aussi malheureux que les Nègres, s'ensuit-il que l'esclavage des Nègres ne soit pas insupportable ? et si l'on a osé imprimer dans quelques brochures que le peuple, en France, est corvéable et taillable de sa nature, en faut-il conclure que l'esclavage des Nègres est légitime en Amérique ? Une injustice cesse-t-elle de l'être parce qu'il est prouvé qu'elle n'est pas la seule qui se commette sur la terre ?
(…)

Post-scriptum
(tableau de la législation des États-Unis relativement à la servitude des Noirs)
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • M. Schwartz [Condorcet], « Réflexions sur l'esclavage des Nègres », Neufchâtel : Société typographique, 1781
  • M. Schwartz [Condorcet], « Réflexions sur l'esclavage des Nègres », Paris : Froullé, 1788
  • « Réflexions sur l'esclavage des Nègres » postface de Alexandrine Duhin, Paris : Mille et une nuits (La Petite collection, 351), 2001
  • « Réflexions sur l'esclavage des Nègres, et autres textes abolitionnistes » présentation de David Williams, Paris : L'Harmattan, 2003
  • « Réflexions sur l'esclavage des Nègres » présentation, notes et dossier par Jean-Paul Doguet, Paris : Flammarion (GF, 1411), 2009

mise-à-jour : 30 octobre 2009
Condorcet : Réflexions sur l'esclavage des Nègres
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX