Guillaume Apollinaire

« Le cigare romanesque », in : L'hérésiarque et Cie

Le Livre de poche, 3617

Paris
, 1973

bibliothèque insulaire

   
Cuba
L'hérésiarque et Cie / Guillaume Apollinaire. - Paris : Le Livre de poche, 1973. - 286 p. ; 17 cm. - (Le Livre de poche, 3617).
Un ami offre une boîte de cigares cubains au baron d'Ormesan en vantant leur qualité — la même que ceux dont le défunt roi d'Angleterre ne pouvait se passer. Mais après avoir couvé des yeux ces cigares merveilleux, comparables aux torpilles bien rangées d'un arsenal … pacifique, la déception s'impose ; des premières bouffées n'émane qu'une saveur désagréable : « la fumée de mon cigare me parut avoir une odeur de papier brûlé ».

Emporté par le dépit, le baron incrimine successivement les goût du roi d'Angleterre, l'emprise américaine sur Cuba et le remplacement des cigarières qui ont fait la réputation du tabac local par des machines ! Mais cette mauvaise expérience trouve rapidement une explication, prosaïque en apparence, qui introduit un épisode hautement romanesque. Quant au second cigare, il s'avère excellent, les autres aussi : « Le roi d'Angleterre se connaissait fort bien en tabac de La Havane ».
EXTRAIT Je perçai soigneusement le cigare, l'allumai et commençai à tirer avec béatitude des bouffées parfumées.
Au bout de quelques instants il ne me vint plus dans la bouche qu'une saveur désagréable, et la fumée de mon cigare me parut avoir une odeur de papier brûlé :
— Le roi d'Angleterre me paraît avoir en fait de tabac, me dis-je, des goûts moins raffinés que je n'aurais supposé. Il est possible, après tout, que la fraude si répandue de nos jours n'ait même pas épargné le palais et la gorge d'Édouard VII. Tout s'en va. Il n'y a plus moyen de fumer un bon cigare.
Et faisant la grimace je cessai de fumer le mien qui, décidément, sentait le carton brûlé. Je l'examinai un instant en pensant :
— Depuis que ces Américains ont la haute main sur Cuba, il se peut que la prospérité de l'île ait progressé, mais les havanes ne sont plus fumables. Ces Yankees ont sans doute appliqué aux plantations de tabac !es procédés de la culture moderne, les cigarières ont été certainement remplacées par des machines. Tout cela est peut-être économique et rapide, mais le cigare y perd beaucoup. D'autant plus que celui que j'ai tenté de fumer à l'instant me donne tout lieu de croire que les falsificateurs s'en mêlent et que de vieux journaux, trempés dans de la nicotine, tiennent maintenant lieu de feuilles de tabac chez tes manufacturiers havanais.


pp. 248-249
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « L'hérésiarque et Cie », Paris : P.-V. Stock, 1910
  • « L'hérésiarque et Cie » in Œuvres en prose complètes, I, Paris : Gallimard (La Pléiade), 1977
  • « L'hérésiarque et Cie », Paris : Stock, 2003
  • « L'hérésiarque et Cie », Paris : Sillage, 2016
  • « La Bréhatine » éd. par Claude Tournadre, Paris : Les Lettres modernes (Archives, 126), 1971
  • « La Bréhatine » in Œuvres en prose complètes, I, Paris : Gallimard (La Pléiade), 1977

mise-à-jour : 10 février 2017
Guillaume Apollinaire : Le cigare romanesque
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX