Jean Renaud (éd. et trad.)

Saga de Ragnarr aux braies velues [suivi du] Dit des fils de Ragnarr [et du] Chant de Kráka

Anacharsis

Toulouse, 2005

bibliothèque insulaire

   
Islande
parutions 2005
Saga de Ragnarr aux braies velues [suivi du] Dit des fils de Ragnarr [et du] Chant de Kráka / textes traduits de l'islandais ancien et préfacés par Jean Renaud. - Toulouse : Anacharsis, 2005. - 142 p. ; 20 cm.
ISBN 2-914777-23-X
NOTE DE L'ÉDITEUR : Ragnarr, le Viking dans toute sa gloire, aventurier téméraire et guerrier ombrageux, sillonne les mers en quête d'exploits. Mais lorsqu'il s'élance à la conquête de l'Angleterre, il affronte un sort funeste. Précipité dans une fosse à serpents, il y déclame, agonisant, un farouche chant funèbre. Ce sera là, dit-on, la raison de l'invasion de l'Angleterre par les hordes du Nord, où ses fils tireront vengeance du roi son meurtrier en lui infligeant le terrible supplice de « l'aigle de sang ».

Empreinte d'une atmosphère crépusculaire, la légende de Ragnarr, qui prit vraisemblablement forme au XIIe et XIIIe siècles en Scandinavie, hante l'Occident depuis que les Romantiques virent en ce « Ragnarr Lodbrok » la figure tutélaire du Viking cruel et sanguinaire.

Mais cette légende est d'abord née du souvenir magnifié des grandes expéditions vikings historiques et, diffusée partout dans le Nord, elle a trouvé ses lettres de noblesse dans le Chant de Kráka, ou Krákumál, authentique chef-d'œuvre de la poésie scaldique.
JORGE-LUIS BORGES : Le héros [de la Saga de Ragnarr Lodbrok] est un Viking. Le roi saxon Aella de Northumbrie le jette dans une fosse à serpents. Ragnarr, avec une joie féroce, attend la mort en chantant.

« Essai sur les anciennes littératures germaniques », p. 171
EXTRAIT Nous avons frappé avec l'épée.
Il me plaît toujours de savoir
que le père de Baldr 1 apprête
sans fin des bancs pour les festins.
Nous boirons bientôt la bière
dans les branches courbes du crâne ;
le brave ne regrette pas la mort
dans la demeure du noble Fjölnir 1 ;
j'entrerai sans un mot d'effroi
dans la halle de
Viðrir 1.

Le Chant de Kráka, pp. 104-105
       
1.« le père de Baldr », « Fjölnir » et « Viðrir » désignent ici Óðinn.
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Régis Boyer, « Le thème de Ragnarr Lodbrók dans les lettres françaises », in Rencontres et courants littéraires franco-scandinaves (Actes du 7e Congrès international d'histoire des littératures scandinaves, Paris, 7-12 juillet 1968), Paris : Minard-Lettres modernes (Bibliothèque nordique, 4), 1972

mise-à-jour : 1er avril 2008

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX