Honoré de Balzac

« La duchesse de Langeais », in Scènes de la vie parisienne : Histoire des Treize

Garnier - Le Monde

Paris, 2008
bibliothèque insulaire
   
Méditerranée

parutions 2008

Scènes de la vie parisienne : Histoire des Treize / Balzac ; éd. établie sous la dir. de Claude Blum et Didier Alexandre ; introduction de Stéphane Vachon. - Paris : Garnier, Le Monde, 2008. - 574 p. ; 18 cm. - (La Comédie humaine, 8).
ISBN 978-2-35184-024-5
Intitulé lors de sa première publication « Ne touchez pas la hache », le second volet de l' « Histoire des Treize » appartient aux « Scènes de la vie parisienne ». Balzac y caractérise, parfois jusqu'à la caricature, quelques figures du monde parisien de l'époque — au premier rang desquelles Mme de Langeais, jeune femme primesautière faisant les beaux jours du faubourg Saint-Germain, et M. de Montriveau, officier menant une « une vie de flibustier en gants jaunes et en carosse » 1, qui la poursuit d'un amour aussi candide qu'exigeant.

En contraste avec la tentative de séduction de la duchesse qui ne quitte pas un instant le périmètre du noble faubourg, le récit trouve son issue sur une île proche des côtes espagnoles ; ce pourrait être aux Baléares … s'il suffisait d'une heure à la voile pour s'y rendre depuis Cadix. Ce très sombre épisode conclusif est restitué en deux temps qui encadrent la narration. Balzac y dévoile son goût pour le monde marin et les aventures qui s'y déroulent — comme le laisse deviner le vocabulaire utilisé tout au long de l' « Histoire des Treize ».

Les exploits réalisés par Montriveau et ses compagnons pour pénétrer au cœur de l'île où s'est retirée la duchesse donnent une mesure tangible de la rigueur que celle-ci s'est imposée à elle-même.
1.Préface à l' « Histoire des Treize », p. 237
EXTRAIT Le brick s'arrêta, vingt-quatre heures après son départ, au nord-ouest d'une île en vue des côtes d'Espagne. Le bâtiment avait été choisi assez fin de carène, assez léger de mâture pour qu'il pût sans danger s'ancrer à une demi-lieue environ des récifs qui, de ce côté, défendaient sûrement l'abordage de l'île. Si des barques ou des habitants apercevaient le brick dans ce mouillage, ils ne pouvaient d'abord en concevoir aucune inquiétude. Puis il fut facile d'en justifier aussitôt le stationnement. Avant d'arriver en vue de l'île, Montriveau fit arborer le pavillon des États-Unis. Les matelots engagés pour le service du bâtiment étaient américains et ne parlaient que la langue anglaise. L'un des compagnons de M. de Montriveau les embarqua sur une chaloupe et les amena dans une auberge de la petite ville, où il les maintint à une hauteur d'ivresse qui ne leur laissa pas la langue libre. Puis il dit que le brick était monté par des chercheurs de trésors, gens connus aux États-Unis pour leur fanatisme, et dont un des écrivains de ce pays a écrit l'histoire. Ainsi la présence du vaisseau dans les récifs fut suffisamment expliquée. Les armateurs et les passagerrs y cherchaient, dit le prétendu contremaître des matelots, les débris d'un gallion échoué en 1778 avec les trésors envoyés du Mexique. Les aubergistes et les autorités du pays n'en demandèrent pas davantage.

pp. 490-491 
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Ne touchez pas la hache », in Scènes de la vie parisienne, 3ème volume, Paris : Mme Charles-Béchet, 1834
  • « La duchesse de Langeais », in Histoire des Treize, nouv. éd. revue et corrigée, Paris : Charpentier, 1840
  • « La duchesse de Langeais », in Scènes de la vie parisienne, tome I : Histoire des treize, Paris : Furne, 1843
  • « La duchesse de Langeais » dossier et notes réalisés par Isabelle Mimouni, lecture d'image par Agnès Verlet, Paris : Gallimard (Folioplus classique, 127), 2008
  • « La duchesse de Langeais » introduction, notes, chronologie et bibliographie par Michel Lichtlé, Paris : Flammarion (GF, 1358), 2008
  • « La duchesse de Langeais » texte intégral de 1834 éd. et présenté par Marie-Anne Bernolle, Paris : Nathan (Carrés classiques), 2008
  • « La duchesse de Langeais, Ferragus, La fille aux yeux d'or » notes et dossier par Marie-Ève Thérenty, Paris : Hatier (Classiques & Cie, 11), 2008
  • « Massimilla Doni » in Etudes philosophiques, Paris : Le Monde, Classiques Garnier (La Comédie humaine, 6), 2008

mise-à-jour : 26 septembre 2012

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX