Christiane P. Makward

Mayotte Capécia, ou l'aliénation selon Fanon

Karthala

Paris, 1999

bibliothèque insulaire
   
des femmes et des îles
Martinique
parutions 1999
1ère édition du Prix du Livre Insulaire (Ouessant 1999)
ouvrage en compétition
Mayotte Capécia, ou l'aliénation selon Fanon / Christiane P. Makward ; préface de Jack Corzani. - Paris : Karthala, 1999. - 230 p. : ill. ; 22 cm.
ISBN 2-86537-860-8

NOTE DE L'ÉDITEUR : Mayotte Capécia [Lucette Céranus-Combette, 1916-1955], victime d'une « exécution sommaire » de la part de Frantz Fanon 1, est restée jusqu'à nos jours une sorte de pestiférée de la littérature antillaise.

Christiane Makward ne se contente pas de retracer le portrait de cette mal-aimée ; plus que de la réhabiliter comme auteur, elle révèle ses exceptionnelles qualités de femme. En effet, ce n'est pas le moindre paradoxe de cette étude que de déposséder en grande partie Mayotte Capécia de ses qualités d'écrivain, notamment en soulignant son analphabétisme initial, pour, finalement, découvrir une métisse martiniquaise issue d'un milieu populaire, qui, comme tant d'autres, et mieux que d'autres, a été capable de défier sa condition.

A l'image d'une femme séduisante, mais « aliénée », soumise à la fois au mâle et au Blanc, cette étude, fondée sur des documents jusqu'à présent tenus secrets, substitue celle d'une femme courageuse, soucieuse avant tout de dignité et d'indépendance. L'insignifiante Mayotte, née de l'ignorance et des préjugés fanoniens, cède la place à une véritable héroïne, pendant du « Ti-Jean » créole, à la fois rusée, pragmatique et obstinée, dotée d'une ambition que seule la mort parvient à anéantir.

❙ Christiane (Perrin) Makward est professeur de littérature française contemporaine à l'Université d'Etat de Pennsylvanie (USA). Avec Madeleine Cottenet-Hage, elle a dirigé le Dictionnaire littéraire des femmes de langue française, de Marie de France à Marie NDiaye (Karthala-ACCT, 1996).
       
1.Dans « Peau noire, masques blancs », Paris : Seuil, 1952
SOMMAIRE

Préface
Avant-propos

  1. Le Mythe
    Un procès d'intention style 1952
    La belle créole des Parisiens
    Lectures antillaises
    Lectrices états-uniennes (1973-1995)
  2. Ce que disent les textes
    Je suis Martiniquaise
    La Négresse blanche
  3. La véritable Mayotte
    « Je t'aime de toute la force de mon âme »
    Ai-je étranglé le Commissaire ?
  4. Histoires de textes
    Pour n'en pas finir avec Etiemble
    L'exotisme invétéré
  5. Histoire des textes I
    Le pieux lieutenant et son manuscrit de 1943
  6. Histoire des textes II
    Le tendre Teddy et quelques autographes
    L'autographe de 1947
    Exit Mayotte
  7. Ti-Jeanne pas Cendrillon
    Pionnière de la créolité ?

Bibliographie
Indes

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Mayotte Capécia, « Je suis Martiniquaise », Paris : Corrêa, 1948
  • Mayotte Capécia, « La Négresse blanche », Paris : Corrêa, 1950
  • « Relire Mayotte Capécia, une femme des Antilles dans l'espace colonial français » (contient : Je suis martiniquaise et La négresse blanche) introduction par Myriam Cottias et Madeleine Dobie, Paris : Armand Colin (Documents), 2012

mise-à-jour : 22 février 2018

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX