Malcolm de Chazal

Comment devenir un génie ? éd. établie et annotée par Jean-Louis Joubert ; mise au point et sélection des textes, Kumari Issur

Philippe Rey

Paris, 2006

bibliothèque insulaire
   
Maurice, Rodrigues, Chagos, …

parutions 20004

Comment devenir un génie ? Chroniques / Malcolm de Chazal ; édition établie et annotée par Jean-Louis Joubert ; mise au point et sélection des textes, Kumari Issur. - Paris : Philippe Rey, 2006. - 478 p. ; 24 cm.
ISBN 2-84876-050-8

NOTE DE L'ÉDITEUR : De 1948 à sa mort, en 1981, Malcom de Chazal a donné à la presse de l'île Maurice d'innombrables chroniques dont voici, pour la première fois, une large sélection. Le plus souvent écrites dans la fièvre de l'improvisation, elles portent sur tous les sujets possibles, au gré de l'actualité ou de la réception des journaux d'Europe, qui pendant longtemps arrivaient par bateau.

Chazal est souvent sévère avec son île et ses compatriotes. Il fustige leur manque de culture, et surtout le racisme — le « préjugé de couleur » — qui imprègne la société. Il choisit délibérément de militer pour l'indépendance. Candidat aux élections de 1959, il ne sera pas élu, mais garde un souvenir très fort des réunions électorales, de ses prestations d'orateur, de son contact avec le « vrai peuple ». Les connaissances de Chazal sont celles d'un lecteur insatiable : il propose des prospectives originales et souvent pertinentes sur l'évolution de son île et du monde en général. Toutefois le principal à ses yeux, c'est son œuvre, qu'il commente alors qu'elle est en train de s'écrire, qu'il explicite, qu'il vante auprès des écrivains français de passage dans l'océan Indien. Bon prince, il donne aux lecteurs les préceptes à suivre pour devenir un génie 

Chazal se laisse emporter parfois mais on le suit volontiers car il trouve souvent des images fulgurantes, des formules irrésistibles de drôlerie. Dans leur spontanéité tout orale, les articles de Chazal apportent un complément essentiel à son œuvre, cette extraordinaire construction poétique qui fait d'une île du bout du monde le centre de l'univers et le lieu d'origine de la civilisation.

Malcolm de Chazal (1902-1981), écrivain et peintre de l'île Maurice, publie dans son pays à partir de 1940 des recueils de « pensées » et aphorismes. En 1947, il fait parvenir l'un de ces volumes, Sens-Plastique, aux intellectuels français qu'il juge dignes de le recevoir : André Breton, Jean Paulhan, Francis Ponge. Le texte est accueilli dans l'enthousiasme et impose Malcolm de Chazal comme un astre poétique nouveau.

EXTRAIT

Le préjugé de grandeur
Advance 13 décembre 1955

[…]

Soyons simples.
Ainsi ne marchons pas le dimanche dans nos habits avec une démarche endimanchée et en visage du dimanche. Soyons « lundi » dimanche, un mardi avec un feutre neuf.
C'est ainsi que je me suis rendu célèbre récemment avec un feutre neuf … sans une face du dimanche.
On a trouvé cela extraordinaire. Et tout le monde a ri.
J'étais aussi célèbre, pour quelques jours, que Napoléon revenant d'Austerlitz. J'avais déshabillé mon chapeau par ma face, et ça faisait rire. J'étais comique, parce que je ne portais pas mon feutre neuf comme tout le monde qui, lorsqu'il achète un feutre neuf, prend sa face du dimanche.
Dimanche, c'est Paris. Les autres jours, c'est la province.
Un mariage ici, c'est dimanche et Paris. Tout autour, pour les autres gens, c'est la semaine et la province.
Et le marquis descendra dans les chaumières pour faire l'aristocrate. Et le paysan se voudra marquis, lorsqu'il se sera endimanché.
Soyons simples.
Le Mauricien, lorsqu'il cesse de se vouloir petit maître, est exquis.
Quand le Mauricien est « créole », c'est-à-dire « homme des îles », il est « sympathique » et éminent.
Un homme simple est M. Cantin 
1. Il n'a pas cru déchoir en chantant nos ségas.
Je note que je suis le seul homme « éminent » en ce pays à s'en aller au Bazar et à boire à même les cocos, coude à coude avec « mon » peuple.
Soyons « créoles », c'est-à-dire de simples « îliens », non des ilotes.
Des îles sont venus Napoléon et Pythagore et … le Mauricien.
Nous sommes des hommes et, comme tels, nous pouvons prétendre à tout.
Mais de grâce, brisez l'horloge Louis XV.
Mangeons nos camarons, notre palmiste est exquis, et l'eau de la Mare aux Vacoas est du champagne. Mais cessons cette prétention.
Le Mauricien a le préjugé de grandeur. C'est tout son mal.

p. 115

1.Cantin, Jacques. Cadre du service civil et chanteur mauricien de ségas (NdE).
APPROCHE BIBLIOGRAPHIQUE
  • Malcolm de Chazal, « Petrusmok », Port Louis : The Standard printing est., 1951
  • Malcolm de Chazal, « Sens-plastique II », Port Louis : The General printing and stationery Co., 1947
  • Malcolm de Chazal, extraits de « Sens-plastique », in Océan Indien éd. par Serge Meitinger et J.-C. Carpanin Marimoutou, Paris : Omnibus, 1998
  • Malcolm de Chazal, « Sens magique », Paris : Léo Scheer, 2004
  • Malcolm de Chazal, « Autobiographie spirituelle » coordination et notice biographique par Robert Furlong, notice bibliographique par Christophe Cassiau-Haurie, Paris : L'Harmattan (L'Afrique au cœur des lettres), 2008
  • Malcolm de Chazal, « Moïse » coordination par Christophe Cassiau-Haurie, présentation par Robert Furlong, Paris : L'Harmattan (L'Afrique au cœur des lettres), 2008
  • « A la rencontre de Malcolm de Chazal » entretiens recueillis par Bernard Violet, Paris : Philippe Rey, 2011
  • Adrien Le Bihan, « Retour de Lémurie », Paris : François Bourin, 1993 (Epilogue, pp. 274-288)
  • Laurent Beaufils, « Malcolm de Chazal : quelques aspects de l'homme et de son œuvre », Paris : La Différence, 1995
  • Christophe Chabbert, « Petrusmok de Malcolm de Chazal : radioscopie d'un " roman mythique " », Paris : L'Harmattan, 2001
  • Bernard Violet, « Malcolm, la princesse et le dromadaire », Paris : Philippe Rey, 2011

mise-à-jour : 29 août 2011

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX