Marie-Clotilde Jacquey et Josiane Fievez (dir.)

Littérature mauricienne

ADPF - Notre Librairie, 114

Paris, 1993
bibliothèque insulaire
   
Maurice, Rodrigues, Chagos, …
Littérature mauricienne / sous la dir. de Marie-Clotilde Jacquey et Josiane Fievez ; conseiller technique, Jean-Louis Joubert. - Paris : ADPF, 1993. - 230 p. : ill. ; 26 cm. - (Notre Librairie, 114 ; septembre 1993).
Ce recueil a été publié en 1993, un quart de siècle après l'indépendance de l'île (1968). L'objectif des rédacteurs était de proposer aux lecteurs francophones un aperçu panoramique sur une littérature issue d'un milieu géographiquement restreint mais riche d'une exceptionnelle diversité — où se rencontrent, cohabitent et se fécondent l'Afrique, l'Asie et l'Europe, leurs langues, leurs religions, leurs modes de vie, leurs cultures.

Dix ans plus tard, un article publié dans le quotidien mauricien L'Express propose une réflexion stimulante sur la littérature mauricienne telle qu'elle était dévoilée par les auteurs et interroge la pertinence d'une classification qui peut, à juste titre, être perçue comme un enfermement. Sans méconnaître l'utilité des informations et éléments de réflexion fournis par les différents auteurs du recueil, il est donc légitime de prêter attention à ces interrogations — qui au-delà du seul cas de Maurice concernent toutes les littératures rattachées bon gré mal gré à un espace géographique, à une langue, à une catégorie sociale …

C’EST LE SYNDROME BANIAN. On passe à côté des milliers de fois, sans le remarquer, tandis qu’il grandit dans l’ombre, sans bruit, s’enracine, se déploie, tisse son enchevêtrement de racines et de branches comme s’il voulait s’emprisonner lui-même. Puis, un jour, presque par hasard, parce qu’il a donné de l’ombre, parce que les moineaux qui s’y cachent piaillent à n’en plus finir, parce qu’on s’est assis sur une de ses racines, on se plaît à admirer ce majestueux multipliant qui a grandi sans qu’on lui demande quoi que ce soit. C’est ce qui arrive à la littérature francophone mauricienne. Elle ne s’arrête plus à ces quelques auteurs célèbres et célébrés mais se nourrit d’autres, de plus en plus nombreux, avec une production croissante.

Il y a dix ans, la revue Notre Librairie consacrait un numéro à la littérature mauricienne. Déjà, la diversité des auteurs cités, la richesse des textes, les références multiples, les perspectives de langues, d’éducation, de génération, de contexte faisaient de cette littérature une sorte de chaudron bouillant dont on ne savait pas s’il fallait s’en éloigner parce que cette mixture allait péter à la gueule ou se rapprocher parce qu’il allait en sortir un alliage solide et reconnaissable en tout. Entre la candeur d’un Jean-Georges Prosper qui prédisait que la littérature mauricienne apporterait « une halte dans la course vers la véritable apocalypse » et la sévérité d’un Harris Rambhujun qui demandait « pourquoi la plupart de nos écrivains se contentent-ils de mettre en valeur les traits folkloriques et superficiels du pays tout en reléguant les réalités médiocres du petit peuple au deuxième plan ? », tous les goûts étaient permis.

Allons donc, qu’est-ce qui se passe à Maurice depuis quelques années ? Si ce n’est pas un passage à la quatrième vitesse, ça y ressemble : quatre auteurs cette année en lice pour le prix RFO, un nom qui revient régulièrement en sélection du Renaudot, des romans qui récoltent des critiques élogieuses en France, des adaptations théâtrales, cinématographiques, une production grandissante (rien que pour 2003 : trois sorties chez Gallimard et deux à l’Olivier), d’autres romans annoncés l’année prochaine … Se seraient-ils donné le mot, tous ces auteurs ? Pourquoi, comment, par qui, où, quand et bla bla bla. Voilà que sont organisés colloques, rencontres, débats. Voilà qu’on nous observe comme on a observé la littéraire francophone haïtienne (à la réputation bien installée désormais avec Dany Laferrière, Lyonel Trouillot, Louis-Philippe Dalembert ou encore Gary Victor). Comme on dirait en créole : toi qui toi ?

Mais jusqu’à preuve du contraire, nous ne sommes pas là pour plaire aux universitaires, aux africanistes, aux indo-océanistes, aux spécialistes de la francophonie et autres théoriciens de la littérature. Nous n’écrivons pas pour leur fournir des sujets d’études, dieu merci. Nous écrivons. Point. Barre.

Est-ce que cela ferait du bien à notre littérature d’être estampillée « littérature mauricienne » ?

[…]

< lire l'intégralité de l'article publié dans L'Express (Maurice) du 28 décembre 2003 >
SOMMAIRE Editorial, Shirin Aumeeruddy-Cziffra

CONTOURS D'UNE ÎLE
  • Le temps d'un regard, Serge Ng Tat Chung
  • T'Eylandt Mauritius et l'île de France, Laval-Jocelyn Chan Low
  • La colonisation anglaise, Sadasivan Reddi
  • L'île Maurice et ses langues, Vinod Rughoonundun
  • Les langues à l'école mauritienne, Nita Rughoonundun
UNE ÎLE PLURIELLE
  • La vieille dame dans l'ombre, Jean-Louis Joubert
  • La littérature francophone de 1945 à nos jours, Gérard Fanchin
  • La littérature créole depuis l'indépendance, Vicram Ramharai
  • Les voix anglophones, Sushilla Gopaul
  • La littérature en langues indiennes, Dr Moonishwariall Chintamunnee et Reshni D. Ramdhony
  • L'Afrique et la littérature mauricienne, Anil Dev Chiniah
  • La littérature chinoise, Joseph Tsang Mang Kin et Josiane Fievez
  • La place de Maurice dans la créolité de l'océan Indien, Jean-Georges Prosper
TEMPS FORTS

De la poésie avant toute chose
  • Léoville L'Homme et Robert-Edward Hart, Robert Furlong
  • Chazal et la vision retournée des choses, Amina Osman
  • Les chants planétaires de Jean-Georges Prosper, Jean-Louis Joubert
  • Edouard Maunick : le poème est un secret, Jasmina Šopova
  • Avant le silence, Edouard Maunick
Y-a-t-il une littérature féminine à Maurice ?
  • Y-a-t-il une littérature féminine à Maurice ? Shakuntala Boolell
  • L'œuvre de Marie-Thérèse Humbert, Issa Asgarally
Autour du  créole
  • Quand le théâtre nourrit la langue, Dev Virahsawmy
  • Le théâtre en créole et en français, Henri Favory et Josiane Fievez
  • Les spécificités du créole mauricien, Didier de Robillard
Musique et oralité
  • La séga : une re-création, Charles Ricaud
  • Le seggae, entre genèse et paradis perdu, Sedley R. Assone
  • La littérature orale rodriguaise, Robert Chaudenson
AUTOUR DU LIVRE

La situation de l'écrivain mauricien
  • La situation de l'écrivain mauricien, Harris Rambhujun
  • La presse et la vie littéraire, Jean-Georges Prosper
  • Communiquer en milieu multiculturel, Judex Acking
  • Les concours littéraires, Yvan Martial
  • Littérature et radio, Jean-Yves Violette
La politique du livre
  • Editer à Maurice, Brigitte Masson
  • Le livre français à l'île Maurice, Philippe Lenoir
  • La mission de coopération et d'action culturelle, Daniel Huguet

Bibliographie, Jean-Louis Joubert et Monique Hugon
Notes de lecture

mise-à-jour : 10 octobre 2011
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX