Alice Tawhai

Le festival des miracles

Au Vent des îles - Littératures du Pacifique

Papeete, 2006
bibliothèque insulaire
   
édité à Tahiti
des femmes et des îles
Nouvelle-Zélande
parutions 2006
Le festival des miracles / Alice Tawhai ; trad. de l'anglais (Nouvelle-Zélande) par Mireille Vignol. - Papeete : Au Vent des îles, 2006. - 248 p. ; 21 cm. - (Littératures du Pacifique).
ISBN 2-915654-01-8

Like Fellini in La Strada, Tawhai shines a light onto the dark side of everyday life — and at the same time leaves you elated.

New Zealand Listener

NOTE DE L'ÉDITEUR : Dans un style poétique et original, entrecoupé de langue maori et de vie maori, les personnages hétéroclites et souvent marginaux d'Alice Tawhai s'évadent de leur réalité par un imaginaire qui ne connaît aucune frontière, et n'est pas sans évoquer le « réalisme magique » de la littérature latino-américaine.

Solidement ancré en Nouvelle-Zélande, ce recueil est forcément et parfois fatalement maori, mais comme le pays, il est peuplé de personnages d'horizons divers 1. Chaque nouvelle est habilement construite et truffée de variations subtiles sur un même thème.

Alice Tawhai a été à juste titre comparée à son illustre compatriote Janet Frame : son écriture éveille les sens, émeut et nous transporte dans une Nouvelle-Zélande bien loin des clichés et bien proche du miracle.
   
1.Italie, Liban, Japon, …
EXTRAIT

Sundae n'avait ni nom de famille, ni extrait de naissance. Ce qui ne l'empêchait pas d'avoir une histoire. Il vivait sur un houseboat avec son âme et sa solitude pour toute compagnie. Il fut un temps où il avait un Bébé, une Fille. Elle s'était endormie comme un ange dans ses bras ; il s'était laissé bercer par le rythme de son souffle. Quand il s'était réveillé, elle était raide, froide et morte ; il avait compris que son corps avait subi cette transformation pendant qu'il dormait. Ce mois-là, il avait brisé et détruit tout ce qui lui tombait sous la main, car la seule chose qu'il avait véritablement aimée avait déjà été anéantie.

Une nuit dans son houseboat, allongé sur le dos avec sa bouteille de spiritueux ténébreux, Sundae regardait le ciel. Il était d'un bleu brouillé, voilé de taches nuageuses si fines qu'elles étaient presque invisibles. Le halo de la lune était teinté d'arcs-en-ciel.

Des profondeurs de sa solitude, Sundae se demanda s'il existait un dieu. Son regard se porta vers la lune, car le paradis était censé se trouver dans cette direction. S'il y a un dieu, pensa-t-il, il va sûrement me donner un signe.

Le coin du Salut, p. 31

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Festival of miracles », Wellington : Huia publishers, 2005
  • « Luminous », Wellington : Huia publishers, 2007
  • « Dark jelly », Wellington : Huia publishers, 2011

mise-à-jour : 23 septembre 2013

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX