Serge Tcherkézoff

Tahiti-1768, jeunes filles en pleurs : la face cachée des premiers contacts et la naissance du mythe occidental

Au Vent des îles

Papeete, 2004

bibliothèque insulaire

   
édité à Tahiti

parutions 2004

Tahiti-1768, jeunes filles en pleurs : la face cachée des premiers contacts et la naissance du mythe occidental / Serge Tcherkézoff. - Papeete : Au Vent des îles, 2004. - 531 p. ; 23 cm. - (Culture océanienne).
ISBN 2-909790-29-0
NOTE DE L'ÉDITEUR : Ce livre restitue ce qui s'est réellement passé sur les rivages de Tahiti. Il reprend aussi tout le dossier des interprétations concernant les postures et la « nudité » dans la danse polynésienne, ainsi que le malentendu occidental sur la place de la « sexualité » dans la culture. Mais comment a-t-on pu se tromper à ce point ?

Avec la « découverte » de Tahiti (1767-69), les récits des voyageurs inventèrent une société où les jeunes femmes auraient eu pour règle de pratiquer « l'amour libre » et même de le faire « en public ». Le discours fut un point de vue masculin centré sur l'Europe, dissertant sur les variétés humaines et les couleurs de peau, mais aussi sur la supposée nature universelle des femmes. La vie publique, chez les aristocrates et chez les imprimeurs de Paris et de Londres, fut une course au sensationnel, à coup de rumeurs et de publications fantaisistes. Surtout la réécriture du journal de bord en un récit officiel « offert au roi » a tout brouillé. En retournant aux journaux de bord, on entrevoit la face demeurée cachée de ce que furent les premiers contacts entre les Tahitiens et les Européens. Les « femmes » qui vinrent au devant des visiteurs étaient de très jeunes filles ; loin de sourire, elles tremblaient de peur, puis jouaient en pleurant un rôle imposé par les adultes. L' « amour » n'avait rien à faire dans ces scènes. Et les danses présentées n'avaient rien d'érotique. Les récits européens n'ont pas seulement exagéré, ils ont tout déformé. Depuis deux siècles, la vision européenne de la Polynésie « traditionnelle » repose sur une immense méprise.

❙ Serge Tcherkézoff est directeur d'études à l'EHESS (Paris, Marseille), professeur-adjoint d'anthropologie à l'Université de Canterbury, Nouvelle-Zélande et directeur du Centre français de recherche et de documentation sur l'Océanie (CNRS/EHESS/U. de Provence).

AGENCE TAHITI PRESSE : Serge Tcherkézoff a présenté, mercredi, son livre « Tahiti 1768, jeunes filles en pleurs ». Cet ouvrage met à mal le mythe de l'amour libre en Polynésie à l'époque des premiers contacts avec les occidentaux.

Selon Serge Tcherkézoff, les récits des premiers découvreurs ont inventé une société où les jeunes vahine auraient eu pour règle de pratiquer l'amour libre allant même jusqu'à le pratiquer en public.

D'après l'auteur, si l'on s'en tient à la lecture des journaux de bord originaux des capitaines de navires (NDLR : beaucoup ont pu être réécrits avant d'être présenté aux rois), on devine ce qu'ont été vraiment les premiers contacts entre les Tahitiens et les Européens. Les vahine venant au devant des visiteurs étaient en fait de très jeunes filles qui, loin de sourire, tremblaient de peur. Elles étaient envoyées par les adultes qui pensaient ainsi, récupérer un peu de mana (pouvoir), auprès de ces puissants visiteurs.

L'origine du malentendu
Le malentendu, selon l'auteur, proviendrait du fait que Wallis — qui a découvert Tahiti en 1767 — lors de son séjour a fait donner du canon contre les pirogues tahitiennes et, cela, Bougainville arrivé un an plus tard, l'ignorait. Lorsque les Tahitiens ont offert des jeunes filles à celui-ci, c'était sûrement par crainte, mais aussi dans l'espoir secret que de ces accouplements naîtrait une progéniture ayant acquis le pouvoir de ces étranges visiteurs. Bougainville crut y voir une manifestation de l'amour libre, tels que les Tahitiens devaient le pratiquer : « Chaque jour nos gens se promenaient dans le pays, on les invitait à entrer dans les maisons et on leur offrait des jeunes filles ».

Une immense méprise
Hawkesworth, à qui on avait confié la réécriture des carnets de bord de Wallis et de Cook, avait ainsi lu la traduction anglaise du voyage de Bougainville sortie un an auparavant en Angleterre. Influencé, il a, consciemment ou non, remodelé les récits de Wallis et Cook afin de les faire coller aux descriptions de Bougainville, ce qui a fait dire à Voltaire : « Si Anglais et Français, qui sont toujours en désaccord, s'accordent entre eux sur un point, c'est que cela ne peut être que la vérité ».

Serge Tcherkézoff, tout au long de son livre, démontre que les récits européens n'ont pas seulement exagéré. Selon lui, ils ont tout déformé et, depuis deux siècles, la vision européenne de la Polynésie traditionnelle en ce qui concerne la liberté sexuelle repose sur une immense méprise.

PB

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Tahiti-1768, jeunes filles en pleurs : la face cachée des premiers contacts et la naissance du mythe occidental », Papeete : Au Vent des îles, 2010
  • Serge Tcherkézoff et Françoise Douaire-Marsaudon (éd.), « Le Pacifique-sud aujourd'hui : identités et transformations culturelles », Paris : CNRS (Ethnologie), 1997 ; « The changing South Pacific : identities and transformations » translated by Nora Scott, Canberra : Pandanus books, 2005
  • Serge Tcherkézoff, « Le mythe occidental de la sexualité polynésienne : Margaret Mead, Derek Freeman et Samoa, 1928-1999 »,  Paris : Presses Universitaires de France, 2001
  • Serge Tcherkézoff, « Faa-Samoa, une identité polynésienne : économie, politique, sexualité : l'anthropologie comme dialogue culturel », Paris : L'Harmattan, 2003
  • Serge Tcherkézoff, « First contacts in Polynesia, the Samoan case, 1722-1848 : western misunderstandings about sexuality and diversity », Canberra : Australian National University, 2008
  • Serge Tcherkézoff, « Polynésie-Mélanésie : l'invention française des " races " et des régions de l'Océanie (XVIe-XXe siècles) », Papeete : Au Vent des îles (Culture océanienne), 2009
  • Serge Tcherkézoff, « Mauss à Samoa : le holisme sociologique et l'esprit du don polynésien », Marseille : pacific-credo Publications, 2016

mise-à-jour : 21 août 2017

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX