René Vázquez Diáz

Un amour qui s'étiole

Éd. José Corti - Ibériques

Paris, 2003

bibliothèque insulaire

   
Cuba
parutions 2003
Un amour qui s'étiole / René Vázquez Diáz ; trad. de l'espagnol (Cuba) par Bernard Michel. - Paris : José Corti, 2003. - 418 p. ; 18 cm. - (Ibériques).
ISBN 2-7143-0814-7

NOTE DE L'ÉDITEUR : Avec Un Amour qui s'étiole René Vázquez Díaz achève superbement sa trilogie consacrée à Cuba, et prouve sa capacité à créer des personnages et des situations inoubliables.

Des femmes rebelles, indomptables, délicieuses. Des chats étranges descendant tout droit d'une lignée humaine. Des homosexuels libertaires défendant leur propre espace. Des déments qui portent en eux l'imaginaire de la mémoire collective cubaine. Le jeune héros de ce roman est un individualiste forcené, dangereux, affairé et fourbe … Mais il est aussi douloureusement lucide, vulnérable et sensuel jusqu'à la délicatesse. Sa recherche est celle du désespéré qui veut trouver une image qui rende impossible l'oubli ; son image est celle de celui qui doute de tout, y compris de ses propres qualités. Oracio n'accepte pas les vérités absolues ni les mensonges relatifs. Son malheur est de vouloir tuer son père et d'aimer toutes les femmes.

En un mot, il est fou.

Mais dans sa belle folie palpitent les rêves, la nostalgie, l'extravagance, les frustrations et le charme du malheureux mais admirable peuple cubain.

Avec une langue imaginative et raffinée, mais à la fois violente et osée, Vázquez Díaz est « un loup solitaire réfugié dans le Nord de l'Europe ».

Ce roman est un bel exorcisme à l'encontre du concept même de solitude.

LE MONDE DES LIVRES, 9 mai 2003 : René Vázquez Díaz se moque bien du soleil des tropiques. C'est la lune maléfique au-dessus de Cuba qui l'intéresse, et tous les lunatiques qu'elle patronne : ceux qui décomptent en boucle les mots de l'hymne national, qui partent en cavale vacciner gratuitement le peuple contre « la pénurie », « le découragement » et « la luxure » et causent aux affiches de Fidel Castro. Bref, tous ces originaux que les gens sains aimeraient guérir « contre leur volonté ».

Fabienne Dumontet

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Un amor que se nos va », Barcelona : Montesinos, 2006
  • « L'île du Cundeamor », Paris : José Corti (Ibériques), 1997 ; José Corti (Les Massicotés, 14), 2005
  • « L'ère imaginaire », Paris : José Corti (Ibériques), 1999
  • « Fredrika au paradis », Paris : José Corti (Ibériques), 2001
  • « Exilia », Paris : José Corti (Ibériques), 2004
  • « Florina », Paris : Calmann-Lévy, 2004
  • « Saveurs de Cuba », Paris : Calmann-Lévy, 2004

mise-à-jour : 23 octobre 2009

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX