Robert Louis Stevenson

Les pleurs de Laupepa - En marge de l'histoire, huit années de troubles aux Samoa

Phébus - Voyageurs

Paris, 1995
bibliothèque insulaire

      

île-prison
Les pleurs de Laupepa - En marge de l'histoire, huit années de troubles aux Samoa / Robert Louis Stevenson ; éd. établie et présentée par Michel Le Bris ; trad. de l'anglais par Bernard Blanc. - Paris : Phébus, 1995. - 317 p. ; 21 cm. - (Voyageurs).
ISBN 2-228-88857-5
NOTE DE L'ÉDITEUR : Le “ paradis ” des mers du Sud décrit par la légende était une poudrière au début des années 1890 : Allemands, Anglais et Américains se disputaient âprement Samoa.

Fraîchement installé sur l'île d'Upolu, Stevenson ne mit pas longtemps à prendre fait et cause pour les sujets du roi Malietoa Laupepa, harcelant les puissances occupantes et alertant l'opinion publique par ses articles dans le Times. Un mémorial dressé à la culture polynésienne et un terrible réquisitoire écrit dans l'urgence par un ethnohistorien avant la lettre qui combattait pour la diversité culturelle.

Le dernier grand livre de cet écrivain de génie, achevé en mai 1892, un an et demi avant sa mort.

Si l'institution immémoriale de l'île-prison parachève, aux yeux de certains, le système pénitentiaire, où emprisonner des insulaires ?

Sur une île, mais aussi loin que possible de leur île !

Stevenson relève ici les tares d'une pratique poussée aux confins de l'absurde … ou de l'abjection. Un de ses amis, le chef samoan Mataafa, emporté dans un cycle de conflits opposant trois puissances coloniales (Allemands, Américains et Anglais), doit payer pour n'avoir pas choisi à temps le camp du plus fort. Un tribunal se réunit, Mataafa et ses partisans sont déportés sur un atoll des îles Marshall …

EXTRAIT

[…]

Pour les punir, on les a déportés sur un atoll de corail, où ils sont détenus. Cela ne paraît pas grave ; mais c'est énorme. Exilés d'une île montagneuse, ils doivent vivre sur une étroite bande de récif presque engloutie jusqu'au plat-bord par l'océan. Sable, pierre et noix de coco, pierre, sable et pandanus, voilà pour le décor. Là, il n'y a pas d'herbe. Là, ces hommes habitués aux eaux des cimes, fraîches et brillantes, de Samoa, doivent boire avec répugnance l'eau saumâtre du récif. La nourriture, sur de telles îles, est affligeante, même pour le Blanc qui peut tout avaler. Pour le Samoan, qui possède cette délicatesse frissonnante et ce dégoût facile de l'enfant ou du rustique montagnard, elle est intolérable. Je me souviens à quoi ressemblait notre roi actuel, quel fantôme il était, lorsqu'il est revenu de sa captivité. Enfin, ces quatorze hommes ont été séparés de leurs familles. […] — Lettre du 25 avril 1894 au rédacteur en chef du Times

p. 305

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « A footnote to history : eight years of trouble in Samoa », London : Cassell, 1892 ; New York : Charles Scribner's sons, 1892
  • « Les pleurs de Laupepa - En marge de l'histoire, huit années de troubles aux Samoa », Paris : Payot & Rivages (Petite bibliothèque, Voyageurs, 702), 2009
  • « L'île au trésor » d'après le roman de Stevenson, adaptation et scénario de Christophe Lemoine, dessins de Jean-Marie Woehrel, Paris : Le Monde, Grenoble : Glénat, 2017
  • Alex Capus, « Voyageur sous les étoiles », Arles : Actes sud, 2017
  • Sylvie Largeaud-Ortega, « Ainsi Soit-Île : littérature et anthropologie dans les Contes des mers du sud de Robert Louis Stevenson », Paris : Honoré Champion (Bibliothéque de littérature générale et comparée, 105), 2012
  • Nakajima Atsushi, « La mort de Tusitala », Toulouse : Anacharsis, 2011

mise-à-jour : 2 février 2021

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX