Fanny et Robert Louis Stevenson

Notre aventure aux Samoa

Phébus


Paris1994
bibliothèque insulaire

      

des femmes et des îles
Notre aventure aux Samoa / Fanny et Robert Louis Stevenson ; trad. de l'anglais par Isabelle Py Balibar ; préface de Michel Le Bris. - Paris : Phébus, 1994. - 293 p. ; 21 cm. - (D'ailleurs).
ISBN 2-85940-327-2

Dans l'épais panégyrique d'Alexandra Lapierre 1, Fanny Stevenson est successivement La Fille de Jacob [Vandergrift] au chapitre 1, La Femme de Sam [Osbourne] au chapitre 2, L'Amie de [Timothy] Rearden au chapitre 3 … enfin, au chapitre 7, Mrs Robert Louis Stevenson. Veuve, elle apparait encore aux côtés d'un Gelett Burgess, puis d'Edward Salisbury Field, dit Ned, compagnon des dernières années.

Elle était dotée d'une personnalité forte, mais complexe, sinon tortueuse. On ne peut cependant lui contester une qualité essentielle : elle a toujours soutenu Robert Louis Stevenson contre les attaques pusillanimes de ceux qui, s'affirmant ses amis, ont tout fait, y compris le pire, pour le contraindre à quitter le Pacifique et à regagner le « monde civilisé ». Elle repose, à côté de l'écrivain, sur le Mont Vaea qui surplombe la rade d'Apia.
       
1.« Fanny Stevenson, entre passion et liberté », Paris : Robert Laffont, 1993

NOTE DE L'ÉDITEUR : […]

Le présent volume a valeur à la fois de témoignage et de manifeste. Là où les critiques de l'époque (Henry James excepté) n'avaient voulu voir que la quête anecdotique de deux esthètes anarchisants, se dessine, au fil de ce « livre de bord » tenu par Fanny sous le regard de Robert Louis, un tout autre projet : celui d'un recours éperdu aux valeurs du monde sauvage ; et, par-delà, ce rêve quasi-rimbaldien d'un appel au ressourcement de l'imaginaire, à la faveur d'un contact pur avec l'Ailleurs.

[…]

EXTRAIT

Fanny — [Vailima, 5 novembre 1890] : Nous avons été nous-mêmes contaminés par la crainte indigène des esprits, les aitu 1. Louis a ouvert un chemin dans la brousse. Il avoue que la vue de tout ce qui ressemble à une silhouette humaine le ferait s'enfuir comme le vent, la gorge nouée. Une nuit, le monde semblait rempli de bruits étranges et surnaturels. Quand Louis a murmuré : « Écoute ! Qu'est-ce que c'est ? », j'ai eu le sentiment qu'on m'avait versé une casserole d'eau froide entre les omoplates ; mais c'était simplement le sifflement d'un feu dans la clairière.

p. 64

1.Henry Adams à Elisabeth Cameron : « Autant La Farge que moi-même en arrivions presque à aimer Mrs Stevenson, car elle est plus humaine que son mari. Stevenson est un aitu mystérieux. » — Lettres des Mers du Sud, p. 176.
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Our Samoan adventure » ed. by Charles Neider, London : Weidenfeld & Nicholson, 1956
  • « Notre aventure aux Samoa », Paris : Libretto, 2013
  • « L'île au trésor » d'après le roman de Stevenson, adaptation et scénario de Christophe Lemoine, dessins de Jean-Marie Woehrel, Paris : Le Monde, Grenoble : Glénat, 2017
  • Alex Capus, « Voyageur sous les étoiles », Arles : Actes sud, 2017
  • Sylvie Largeaud-Ortega, « Ainsi Soit-Île : littérature et anthropologie dans les Contes des mers du sud de Robert Louis Stevenson », Paris : Honoré Champion (Bibliothéque de littérature générale et comparée, 105), 2012
  • Nakajima Atsushi, « La mort de Tusitala », Toulouse : Anacharsis, 2011

mise-à-jour : 3 mai 2017

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX