Joseph Conrad

Victoire, trad. de l'anglais par Odette Lamolle, postface de Sylvère Monod

Autrement - Littératures

Paris, 1996
bibliothèque insulaire

      

des femmes et des îles
Victoire / Joseph Conrad ; trad. de l'anglais par Odette Lamolle ; postface de Sylvère Monod. - Paris : Autrement, 1996. - 461 p. ; 21 cm. - (Littératures).
ISBN 2-86260-585-9
L'archipel exerce une fascination durable.
Il n'est pas facile de se dégager de l'envoûtement de la vie dans les îles.


Deuxième partie, chapitre 1, p. 83

NOTE DE L'ÉDITEUR
 :
Derrière 
cette nouvelle traduction de Conrad, cette nouvelle édition de son œuvre, deux rencontres : la plus récente, celle de l'éditeur avec la traductrice, Odette Lamolle. Et sa surprise devant l'ampleur et la qualité d'un travail mené dans l'ombre. Et, loin dans le passé, au début des années 30, le coup de foudre de la jeune fille d'alors pour « Lord Jim », son ravissement porté de livre en livre par les destins obscurs des héros conradiens, les Almayer, Lingard, Leggatt, Marlow, Falk … Plus de soixante ans après, l'émotion est intacte, l'intimité avec l'œuvre a mûri, le rêve a pris forme : traduire maintenant dans un élan continu, l'ensemble de l'œuvre pour en garder le ton, la musique, le mystère.

Henry Dougier

SYLVÈRE MONOD : […]

Le titre du roman […] pourrait sembler dicté par l'histoire en cours. Conrad l'a toujours nié, avec raison, puisqu'il l'avait inscrit sur son manuscrit avant le début du conflit. Que signifie ce titre, quand l'échec semble total ? Un personnage croit à sa victoire, et c'est le plus pur, le plus sûr de tous. Lena, comme la Tess de Hardy, pourrait en effet être dite « a pure woman », fût-ce par manière de défi lancé aux préjugés victoriens selon lesquels elle « vit dans le péché » avec son amant et protecteur Heyst. Mais elle l'aime, elle veut le protéger à son tour. Et le texte le dit, quand elle s'est emparée du redoutable couteau de Ricardo, Lena est persuadée qu'elle a privé la mort de son aiguillon et de sa victoire (allusion transparente à saint Paul, I Co. XV, 15). Elle a donc vaincu un ennemi dangereux ; ella a vaincu ses propres craintes ; elle a vaincu les réserves et la pudibonderie d'Axel Heyst ; elle l'a converti (ou presque) de sa philosophie du détachement à un idéal d'amour et de confiance. Aux yeux du monde, cette victoire est dérisoire puisque Lena la paie de sa propre vie et entraîne dans la mort l'homme qu'elle aime. Mais Conrad nous dit en somme qu'une victoire morale ne peut pas, ne doit pas être sous-estimée.

À propos de … Victoire, p. 445

JOSEPH CONRAD : LenaLorsque vint l'heure de sa rencontre avec Heyst, je sentis qu'elle devrait montrer un héroïsme à l'épreuve de tous les aléas d'un futur incertain et plein de périls. J'en fus tellement convaincu que je la laissai partir avec Heyst, je ne dirai pas sans un serrement de cœur, mais certainement sans inquiétude. Et dans l'optique de sa fin triomphante, qu'aurais-je pu faire de plus pour sa réhabilitation et son bonheur ?

Au lecteur, p. 14

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Victory : an island tale », London : Methuen, 1915
  • « Une victoire » trad. d'Isabelle Rivière et Philippe Neel, Paris : Éd. de la Nouvelle revue française, 1923 ; Paris : 10/18 (Domaine étranger, 2707), 1996
  • « Une victoire » trad. de Paul Le Moal et Sylvère Monod, Paris : Gallimard (Folio classique, 3983), 2004

mise-à-jour : 13 mars 2017

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX