Catherine Poulain

Le grand marin

L'Olivier

Paris, 2016
bibliothèque insulaire
   
des femmes et des îles

parutions 2016

Le grand marin / Catherine Poulain. - Paris : L'Olivier, 2016. - 372 p. ; 21 cm.
ISBN 978-2-8236-0863-2
Peut-être va-t-on toujours aller ainsi, jusqu'à la fin de tous les temps, sur l'océan roussi et vers le ciel ouvert, une course folle et magnifique dans le nulle part, dans le tout, …

p. 70

Kodiak, la plus grande île d'Alaska, est une importante base de pêche ouvrant sur un domaine d'une grande richesse — dont la conquête se paie au prix d'un travail harassant et risqué. Entre Arctique et Pacifique morues, flétans et crabes géants s'offrent à profusion à qui accepte des conditions de vie et de travail qui défient l'imagination.

De cet enfer, Catherine Poulain parle d'expérience. Dans un premier temps, elle décrit sans concession l'exigeant métier et les dangers auxquels il expose : la mer violente et imprévisible, le froid, l'humidité, les interminables journées de travail, l'obsession du rendement, la manipulation risquée des engins de pêche …

Le retour à terre, après le long effort coupé de sommeils toujours trop brefs, ne marque pas le terme de ces tourments ; après la tournée des bars, il arrive trop souvent au marin de vaciller en tentant de regagner son bord. Catherine Poulain dresse des portraits attachants d'êtres venus aux confins du monde où certains s'échouent, où d'autres poursuivent une errance sans véritable espoir, où d'autres affrontent leurs raisons de vivre, leurs peurs.

La romance qui s'ébauche entre l'héroïne et le grand marin est intense, et fatalement privée d'avenir.
EXTRAIT Les épaules de Joey s'affaissent. Le regard noir et triste semble scruter le mien :
     — Mais qu'est-ce que tu veux toi pour finir ? (…)
     — D'abord je veux pêcher. Je veux m'épuiser encore et encore, que rien ne m'arrête plus, comme … comme une corde tendue, oui, et qui n'a pas le droit de se détendre, tendue au risque de se rompre (…)
     — La pêche … Vous êtes tous les mêmes, vous qui arrivez ici comme des illuminés. Moi c'est mon pays, j'ai rien vu d'autre, pas voyagé plus loin que Fairbanks. Je cherche pas l'impossible. Je veux juste vivre et élever mes gosses. C'est chez moi cette île ! Remarque moi je suis rien qu'un con, un sale négro d'Indien …
     — Non Joey, j'aime pas quend tu dis ça.
(…)
     — Alors t'as laissé ton pays pour venir pêcher l'aventure …
     — Je suis partie c'est tout.
     — Pfff ! Vous êtes des milliers comme ça, qui arrivez depuis plus d'un siècle. Les premiers étaient des féroces. Vous c'est pas pareil. Vous êtes venus chercher quelque chose qui est impossible à trouver. Une sécurité ? Enfin non même pas puisque c'est la mort que vous avez l'air de chercher, ou en tout cas vouloir rencontrer. Vous cherchez … une certitude peut-être … quelque chose qui serait assez fort pour combattre vos peurs, vos douleurs, votre passé — qui sauverait tout, vous en premier.
     Il boit au goulot de sa bouteille longuement, paupières mi-closes, la repose sur le comptoir, rouvre les yeux :
     — Vous êtes comme tous ces soldats qui partent affronter le combat, comme si votre vie ne vous suffisait plus … s'il fallait trouver une raison de mourir. Ou comme s'il vous fallait expier quelque chose.

pp. 304-305
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Le grand marin », Paris : Points, 2017
Explorateur, pionnier de l'ethnologie et de la linguistique, Alphonse Pinart (1852-1911) a recueilli de précieuses informations sur les habitants et la culture de Kodiak lors d'un voyage en Alaska (1871-1872) ; il a également constitué une collection unique de masques en provenance de l'île qui sont aujourd'hui conservés au Château-musée de Boulogne-sur-Mer.

➝ Emmanuel Désveaux (dir.), « Kodiak, Alaska : les masques de la collection Alphonse Pinart », Paris : A. Biro, Musée du quai Branly, 2002

mise-à-jour : 9 avril 2017
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX