Sappho

Le Désir

Mille-et-une Nuits - La Petite collection, 37

Paris, 1994
bibliothèque insulaire
   
des femmes et des îles
Méditerranée
Le Désir / Sappho ; trad. du grec par Frédérique Vervliet ; postface de Colette Fellous ; ill. de Raphaël Drommelschlager. - Paris : Mille et une nuits, 1994. - 47 p. : ill. ; 15 cm. - (La petite collection, 37).
ISBN 2-910233-42-1
ANDRÉ BONNARD : Quel nom porte […] cette unique réalité que Sapho cherche à connaître et tente de nous révéler ? Quel est l'objet dernier de sa passion ? Faut-il […] douter de sa nature, douter du lieu où se rencontrent, en cette poésie, les plans convergents du double aspect du réel ? Une figure est assise qui l'attend sur l'arête de l'être : Sapho s'élance vers elle comme vers la possession d'un bien sans prix. Cet objet qui la blesse et lui fait signe, et soudain se découvre à elle dans la grâce d'un geste ou l'éclat d'une fleur, de quel nom la nommer, sinon Beauté ?

« Civilisation grecque : de l'Iliade au Parthénon », Paris : UGE (10/18, 74-75), 1963 — Sapho de Lesbos, dixième muse, pp. 144-145
COLETTE FELLOUS : […] on ne sait rien de son visage, on suit juste le trajet de cette voix surgie aux alentours de la quarante-deuxième olympiade, en 612 ou 608 avant notre ère. Elle n'est pas inquiète de sa démarche Sappho, non, elle s'en va tranquillement dans la nuit en fredonnant, elle, la grande aristocrate, elle n'est pas du tout inquiète, non, car elle sait très bien que nous connaissons déjà tous les couplets de sa chanson.
     C'est une mélodie qui habite à l'intérieur de chacun de nous. Elle est là, tapie au même endroit depuis des myriades d'années, et régulièrement, elle frappe à la porte et vient nous réveiller. Elle a la couleur du désir. C'est la mélodie de l'attente, du tremblement devant le visage de l'être aimé, devant son corps dénudé, devant l'univers tout entier qu'il embrasse dans chacun de ses gestes. La mélodie de l'absence, du manque, de la solitude et des grandes prières adressées à Aphrodite, la déesse de la fécondité et de l'amour, celle qui a le pouvoir d'allumer la flamme des dieux autant que celle des vivants ou des bêtes, la belle Aphrodite issue de l'écume des vagues et qui, si l'on écoute Homère, a su même égarer la raison de Zeus, le plus noble des dieux grecs, l'ami intime de la foudre et de la lumière.
     Très vite donc, cette voix s'installe parmi nous et commence à raconter. Elle a choisi de tout décrire, de tout « oser ». C'est la première fois qu'une femme s'installe ainsi dans ces jardins et ces bocages sacrés qui constituent le cœur même de la civilisation éolienne, ou encore sur la terrasse sacrée d'un temple, pour chanter inlassablement les plaisirs de l'amour.

Postface, pp. 41-42
EXTRAIT

     Il me paraît égal aux dieux l'homme qui, assis en face de toi, écoute ta douce voix et ton rire charmeur qui affole mon cœur.

     Moi, à ta vue, je reste sans voix, ma langue se brise, la fièvre me brûle, mes yeux se brouillent, mes oreilles bourdonnent, je sue, je frissonne, je verdis, je croix mourir.

     Mais il faut oser …

p. 7

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Sappho, « Œuvres complètes » trad. du grec par Yves Battistini (éd. bilingue en 2 volumes), Paris : Atelier typographique Michel Chandeigne, 1991, 1994
  • Sappho, « L'Egal des dieux » cent versions d'un poème recueillies par Philippe Brunet, Paris : Allia, 1998, 2004
  • Sappho, « Odes et fragments » éd. bilingue trad. du grec ancien et préfacée par Yves Battistini, Paris : Gallimard (Poésie, 405), 2005
     
  • Yves Battistini, « Sapphô : la dixième des muses », Paris : Hachette, 1995
  • André Bonnard, « La poésie de Sappho, étude et traduction », Lausanne : Mermod, 1948 ; Vevey : Éd. de l'Aire (Le Chant du monde), 1996
  • André Bonnard, « Civilisation grecque : de l'Iliade au Parthénon », Paris : Union générale d'éditions (10/18, 74-75), 1963 ; Bruxelles : Éd. Complexe (Historiques, 81), 1991
  • Lawrence Durrell, « Sappho », Paris : Gallimard, 1962
  • Odysseus Elytis, « Sappho », Athènes : Ikaros, 1985
  • Bernard Ledwidge, « Sappho, la première voix de femme », Paris : Mercure de France, 1987
  • Renée Vivien (éd.), « Sapho » contient des fragments de Sapho en grec suivi de leur traduction en français, Cassaniouze : ErosOnyx, 2009

mise-à-jour : 17 juin 2016

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX