Philippe Brillet

« La dynamique du VIH aux Antilles : relais épidémiologiques et réseaux de lutte » in : Nathalie Bernardi et François Taglioni (dir.), Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires, pp. 251-264

Karthala - Hommes et sociétés

Paris, 2005

bibliothèque insulaire
   
Haïti
parutions 2005
Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires : de l'île-relais aux réseaux insulaires / sous la dir. de Nathalie Bernardie et François Taglioni ; avant-propos de Philippe Pelletier ; conclusion de Louis Marrou. - Paris : Karthala, 2005. - 443 p. : ill. ; 24 cm. - (Hommes et sociétés).
ISBN 2-84586-641-0

NATHALIE BERNARDIE et FRANÇOIS TAGLIONI : De l'improbabilité à la fiction il n'y a qu'un pas, franchi avec l'histoire étonnante d'Haïti, accusée dans les années 1980 par le Centre épidémiologique des États-Unis de constituer le foyer d'origine et un des relais majeurs de l'endémie du SIDA, avant d'être totalement innocentée quelques années plus tard.

« Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires », Introduction, p. 21

RÉSUMÉ

Cet article interroge le système de relations des îles confrontées au fait épidémique, à travers l'exemple de la diffusion du SIDA aux Antilles. On y observe tant une focalisation sur Haïti qu'une dilution de cette région dans un ensemble « latino-américain et caraïbe ». Ces choix d'investigation et d'échelle apparaissent biaisés, et traduisent la rémanence d'une conception dépassée scientifiquement mais bien vivace politiquement : la responsabilité mondiale d'Haïti dans la genèse du SIDA.

Une telle conception est d'origine États-unienne. Elle a traduit à l'origine la volonté de confondre le pays qui apparaissait comme le coupable idéal de l'endémie à l'échelle régionale, et de montrer aux autres pays de la Caraïbe que leur intérêt était de continuer à déléguer la police sanitaire, aspect « positif » de la domination état-unienne sur la Méditerranée américaine.

Ultérieurement et jusqu'à aujourd'hui, maintenir cette fiction du coupable haïtien a permis de masquer le véritable responsable : le tourisme sexuel nord-américain.

❙ Philippe Brillet travaille au Laboratoire de santé publique tropicale de la Faculté de médecine de Marseille.

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Paul Farmer, « AIDS and accusation : Haiti and the geography of blame », Berkeley : University of California press, 1992, 2018

mise-à-jour : 5 février 2018
COUV
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX