Monique Clesca

La confession

édité par l'auteur [mail]

Port-au-Prince, 2003
bibliothèque insulaire
   
édité en Haïti
des femmes et des îles
parutions 2003
6ème édition du Prix du Livre Insulaire (Ouessant 2004)
ouvrage en compétition
La confession / Monique Clesca. - Port-au-Prince : [éd. par l'auteur], 2003. - 187 p. ; 22 cm.
ISBN 99935-2-399-2

GARY VICTOR : Monique Clesca nous peint dans une synthèse de force et de pudeur le quotidien d'une femme dans l'univers fissuré par le chaos et la décadence d'un espace physique et social que nous occupons sans avoir le courage souvent de le questionner. Un regard lucide sur les rails d'un temps tronqué, galvaudé, arrêté et trafiqué. Une randonnée au travers de la vie d'une femme avide de vérité, en quête d'amitié et d'amour dans un lieu déserté par l'humain.

Ce livre de Monique Clesca est surtout le cri d'une femme accrochée à l'espoir d'un amour impossible, toujours décidée contre vents et marées à garder le cap vers l'oasis, vers le rêve, vers l'ultime utopie.

EXTRAIT

Je devais partir. Cet arrachement imprévisible de Bruno faisait partie du destin que je ne maîtrisais pas. J'étais née sous une mauvaise étoile.

Mise dans un avion, transportée au-dessus du Triangle des Bermudes sur l'océan Atlantique, je me retrouvai à l'aéroport de New York, où Marcelle vint me récupérer. Elle se précipita pour m'embrasser.

Du jour au lendemain, j'eus une nouvelle vie. Je me retrouvai avec une mère dans un pays inconnu. Je devais oublier Haïti, Bruno et même Didine. Connaître d'autres visages, apprendre une nouvelle langue, découvrir de nouveaux lieux.

Mon école, mon pays, ma musique, mon père, j'avais tout perdu. Les bruits incessants et les couleurs vives avaient cédé la place au silence et au noir. Et j'avais une mère. Être étrange, insolite, dans mon monde.

Tout était perdu. Le soleil brûlant de la route menant à l'école, l'odeur de la lampe à kérosène des études du soir, les uniformes multicolores des élèves, le parfum de l'ylang-ylang de chez Yanick, le goût de l'eau de café du petit déjeuner, les épaisses piles d'argent de Bruno, la fragrance de son « Eau sauvage », le rythme compas de Nemours Jean-Baptiste, la saveur du hareng matinal de mon père, le cri du coq à cinq heures du matin, les hurlements des chiens qui annonçaient les cadavres du jour, les beignets de la saison de Mardi Gras, le bruit strident de la guitare déchaînée du blouson noir Boulo Valcourt, les sourires mesquins des joueurs de cartes, la voix grave de l'homme de la radio qui rapportait les complots découverts par le président à vie, la cadence des mots créoles, l'azur de la mer. Perdu.

pp. 45-46

Monique Clesca est née à Port-au-Prince en Haïti. Elle a une maîtrise en journalisme et est l'auteure de nombreux articles publiés dans divers revues et journaux. Elle est actuellement conseillère régionale en communication pour le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). La Confession est son premier roman.

mise-à-jour : 30 mai 2005

une adresse indispensable pour trouver les livres édités en Haïti :

communication plus

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX