Jean-Pierre Abraham

Armen

Le Tout sur le Tout

Paris, 1988
bibliothèque insulaire
   
Iroise
Armen / Jean-Pierre Abraham. - Paris : Le Tout sur le tout, 1988. - 154 p. ; 22 cm.
ISBN 2-86522-027-3
ARMEN, octobre 1988 : Jean-Pierre Abraham a fait le choix [du phare d'ArMen] comme on décide d'entrer dans un monastère. Ce sera le lieu de l'attente. Les mains occupées par les besognes routinières comme le moine est requis par le cycle des rites, le gardien de phare se fait guetteur de lui-même : « Si quelque chose doit surgir, ce ne peut être que du fond de moi. Et voilà que je guette encore, comme si on allait frapper à la porte ».

Thierry Guidet
EXTRAIT

A l'allumage, dans le nordé gris, cet infime point lumineux, sursautant à de longs intervalles : le phare de Saint-Matthieu. Il a disparu maintenant. Le feu de la Bouée Occidentale lui-même est peu sûr.

Cette lente houle qui s'installe, si particulière, le silence entre les vagues troublé de sourds grondements : je l'ai toujours vue précéder mystérieusement la brume. Et j'ai les yeux brûlants, comme à chaque fois.

Je la connais bien. Enfant, déjà, longtemps à l'avance je pouvais prévoir sa venue. Je percevais comme une usure de l'air. Là où tout le monde s'extasiait, face aux paysages les plus éclatants, il m'arrivait de frissonner devinant le gris du dessous. J'en saluais la menace dans les remous de l'eau, dans les couleurs éteintes. Je surveillais la ligne d'horizon. Au fond je ne me résignais guère.

Et j'aimais certains tableaux de Vermeer 1 parce que je croyais sentir la brume aux fenêtres, encore ensoleillée, encore retenue par les vitres, à peine. Alors le monde à l'intérieur prenait toute sa vérité. Il y avait le visage de cette joueuse de luth. Elle accorde son instrument. Elle se tourne vers la fenêtre et tout à coup devient livide.

pp. 64-65

1.« Parmi les trois livres que Jean-Pierre Abraham emporte avec lui dans son phare, au large de Sein, il y a un album de peintures de Vermeer. La nuit, pendant sa veille, le monde calme et lumineux du peintre s’affronte à la violence des rafales et des vagues, et vacille un peu entre les passages de la lampe du phare. Le narrateur a aussi, piquée au mur, une reproduction de la Jeune Fille au turban (celle qu’on appelle maintenant " la jeune fille à la perle "), qui le suit partout. » — Christine Lapostolle, La jeune fille sans phare, Libération, 14-15 juillet 2012 (supplément Été, p. VII).
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Armen », Mane : Robert Morel, 1967
  • « Armen », Paris : Seuil, 1967
  • « Armen », Paris : Le Tout sur le tout, 1995
  • « Armen » in Le roman des phares, textes réunis et présentés par Dominique Le Brun, Paris : Omnibus, 2001
  • « Armen » texte intégral interprété par Yves Adler (1 CD audio MP3), Houilles : Le Livre qui parle, 2011
➙ Armen, note de lecture par Philippe Savary — Le Matricule des anges, n° 23, juin-juillet 1998
  • Jean-Pierre Abraham, « La place royale », Cognac : Le Temps qu'il fait, 2004
  • Jean-Pierre Abraham et Michel Thersiquel, « Une île nouvelle », Bégard : Filigranes éd., 1994
  • Michel Thersiquel et  Jean Pierre Abraham, « Bretagne, les chemins de la mer », Brest : Le Télégramme, 1999
  • Jean-Pierre Abraham et Yves Marion, « Journal d'hiver », Bazas : Le Temps qu'il fait, en coéd. avec Le Tout sur le tout et la Ville de Douarnenez, 2012

mise-à-jour : 15 juillet 2012
Né à Nantes en 1936,
Jean-Pierre Abraham
est mort en 2003.
Ses cendres ont été dispersées en vue des Glénan.

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX