Jacques Cambry

Voyage dans le Finistère

Coop Breizh

Spézet, 1993
bibliothèque insulaire
   
Iroise
Voyage dans le Finistère / Jacques Cambry ; présentation de Roger Dupuy. - Spézet : Coop Breizh, 1993. - XIV-XIII-479 p. ; 22 cm. - [fac-sim. de l'éd. de Brest, 1836 ; la préface est propre à l'éd. de 1979]
I
SBN 2-909924-02-5
S'inscrivant dans le fil d'une tradition naissante, Cambry est le premier à donner une relation érudite et fondée sur l'observation d'un voyage dans le Finistère, à la fin du XVIIIe siècle ; son témoignage revêt de ce fait un intérêt particulier, pour l'historien comme pour le géographe, le naturaliste ou le sociologue. Les îles ont toute leur place dans ce tableau : Batz (pp. 57-64), Sieck (p. 79), Ouessant (pp. 197-200), l'île de Sein (pp. 285-294), les Glénan (pp. 358-360) et l'île Tristan (pp. 302-303).

Au 
moment où Cambry travaillait à l'élaboration de son récit de voyage en Finistère paraissait à Quimper un texte anonyme, « Fragmens du dernier voyage de la Pérouse » (1797). On est très loin, en apparence, de la mer d'Iroise … Il y est fait état d'une mystérieuse « île Bleue » où La Pérouse et son équipage auraient trouvé une ultime et heureuse retraite, loin des convulsions sanglantes qui agitaient la France de l'époque.

La 
paternité de ce texte fait l'objet d'une controverse entre érudits australiens, néo-zélandais et français. Jacques Cambry, qui était à Quimper en 1797, pourrait avoir pris une part — décisive ? — dans l'élaboration du texte. Les pages qu'il consacre à l'île de Sein dans son récit de voyage en Finistère (cf. ci-dessous) incitent à le penser.

Cambry 
ne s'est pas retiré à l'île de Sein, et l'on sait aujourd'hui le sort de l'expédition conduite par La Pérouse, ce qu'on ignorait en 1797.
EXTRAITDans les tems de fureur, dans les tems de tempête qui viennent de désoler la France, dans le moment où j'écris ces lignes, qui ne voudrait être l'ermite de Sein 1, s'il ne préférait de partager les dangers de ses frères, de ses amis, de sa patrie, à ce repos, au bonheur, dont il jouirait seul dans sa retraite.

Quittons cette île où la vie calme qu'on y mène nous attacherait trop long-tems, et repassons au continent.

p. 294
       
1.« Dans la partie Ouest de l'île, on voit une chapelle, petite, nommée Saint-Corentin ; une maisonnette lui est adossée, elle est accompagnée d'un jardin muré près duquel est un puits de seize à vingt pieds de profondeur : l'eau en est très bonne. Les anciens du pays rapportent qu'un ermite y vivait dans les tems reculés. » Voyage …, p. 293.
— Ces lignes ont suscité la curiosité d'Hippolyte Violeau et sont à l'origine de son roman historique, « Amice du Guermeur ».
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Voyage dans le Finistère, ou état de ce département en 1794-1795 », Paris : Librairie du cercle social, an VII (1799)
  • « Voyage dans le Finistère » nlle éd. accompagnée de notes par le chevalier de Fréminville, Brest : J.-B. Lefournier, 1836
  • « Voyage dans le Finistère » éd. critique présentée et commentée par Dany Guillou-Beuzit, Quimper : Sté archéologique du Finistère, 1999
  • « Voyage dans le Finistère » avec une préface par Alain Boulaire, Paris : Éd. du Layeur, 2000
     
  • « Fragmens du dernier voyage de la Pérouse », Quimper : Imprimerie de Pierre-Marie Barazer, an V
  • « Fragmens du dernier voyage de la Pérouse » édité par John Dunmore, Canberra : National Library of Australia, 1987
  • « Fragments du dernier voyage de la Pérouse » édité par Jacques Gury, Revue Dix-Huitième Siècle, n° 22, 1990
  • John Dunmore, « Utopie française, auteur anglais ? », Revue Dix-Huitième Siècle, n° 26, 1994
  • Jacques Gury, « Fragments  en quête d'auteur », Revue Dix-Huitième Siècle, n° 26, 1994

mise-à-jour : 6 février 2017

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX