Charles Le Goffic

Sur la côte : L'âme des phares, L'île de Sein, La vie du Banc, Les faucheurs de la mer

E. de Boccard

Paris, 1928
bibliothèque insulaire
   
Iroise
Sur côte / Charles Le Goffic. - Paris : E. de Boccard, 1928. - 282 p. ; 19 cm.

Charles Le Goffic n'a passé que quatre jours à l'île de Sein ; au moins a-t-il fait la traversée, et en décembre ! Il s'est consciencieusement documenté et a beaucoup lu : Ardouin Dumazet, Lucien Boulain, Cambry, Joseph Cuillandre, le chevalier de Fréminville, le père Maunoir, Adolphe Paban, etc.

À Audierne avant d'embarquer, il rencontre Hyacinthe Le Carguet 1 un érudit local, auteur d'un « Tableau de l'île et du Raz de Sein » paru dans la Revue des traditions populaires [1891] : « Un artiste sympathise d'ordinaire avec ses modèles : il est remarquable que M. Le Carguet n'éprouve aucune tendresse pour les siens. On a fort exagéré, selon lui, la misère des Iliens, qui n'est qu'une légende soigneusement entretenue par les intéressés. Elle leur vaut des secours de toutes sortes, en nature et en argent, des pouvoirs publics et des particuliers » (p. 79). Monsieur Le Carguet était percepteur …

1.La majorité des écrits de Hyacinthe Le Carguet ont été réédités et présentés par Paul Cornec : « Hyacinthe Le Carguet, 1847-1924 : un passeur de mémoire en Cap-Sizun », Audierne : Ed. du Cap-Sizun, 2007.
EXTRAIT

Ces mœurs primitives s'expliquent autant chez les Iliens par la fidélité aux anciens usages que par leur éloignement des centres administatifs et l'espèce d'autonomie qu'on leur a toujours laissée : leur organisation, au commencement du XIXe siècle, était celle du clan, de la tribu ; ils continuent de vivre en marge du code. C'est peut-être bien encore la meilleure explication de cette religiosité anachronique dont on ne trouve point d'équivalent, même en Bretagne. Longtemps solitaires, perdus aux confins du vieux monde, sur la mer la plus perfide, sans même ce sentiment de sécurité et de détente qu'éprouvent les autres marins, leur journée faite, en prenant pied sur le continent, mais se regardant vraiment comme sur un pan de terre naufragée, sur un radeau de fortune, ils se sont tournés vers la religion comme vers le seul havre d'allègement qui s'ouvrait à eux.

pp. 116-117

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Charles Le Goffic, « Gens de mer : sur la côte », Paris : Armand Colin, 1897 (contient « Une visite à l'île de Sein »)
  • Charles Le Goffic, « Sur la côte » éd. revue et augmentée, Paris : E. Flammarion, 1907 (contient « Une visite à l'île de Sein » et « Les faucheurs de la mer »)
  • Charles Le Goffic, « Nos derniers sanctuaires (Les îles bretonnes) », in L'âme bretonne, tome II (1908), Monein : PyréMonde (Arremoludas, 312), 2009

mise-à-jour : 8 mai 2011

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX