Friedrich Hölderlin

Œuvres, publiées sous la direction de Philippe Jaccottet

Gallimard
- Bibliothèque de La Pléiade, 191

Paris, 1967
bibliothèque insulaire
   
Méditerranée
Œuvres / Friedrich Hölderlin ; trad. de l'allemand par Michel Deguy, André Du Bouchet, François Fédier, Philippe Jaccottet, Denise Naville, Gustave Roud, Robert Rovini et Jean Tardieu ; éd. publiée sous la dir. de Philippe Jaccottet. - Paris : Gallimard, 1967. - XXVI-1270 p. ; 18 cm. - (Bibliothèque de la Pléiade, 191).
NOTE DE L'ÉDITEUR : Pour la première fois se trouve rassemblé dans ce volume, en traduction française, l'essentiel de l'œuvre d'un poète actuel entre tous. Soit : la totalité de ses Lettres, les trois états et les plans de sa tragédie inachevée, Empédocle, son roman, Hypérion, précédé de son ébauche la plus accomplie, la totalité de ses Essais achevés ou inachevés. L'éditeur ne s'est permis de procéder à un choix que dans l'œuvre poétique antérieure à 1800 et dans celle des dernières années (largement représentées toutes deux néanmoins) ; en revanche, il n'est pas un plan, pas un fragment, à plus forte raison pas un poèmes achevé des années suprêmes (1800-1806) qui ait été écarté, à l'exception des variantes.

L'édition groupe cet ensemble de textes (dont un grand nombre était inédit en français) selon un plan chronologique inspiré de l'édition de Hellingrath, en cinq périodes : Années d'études, Hypérion, Empédocle, Grands poèmes, Dernières années ; elle est conçue, dans son ordre comme dans son appareil critique, pour permettre au lecteur l'accès le plus naturel à une œuvre dont le développement est profondément organique. Le texte lui-même est fondé, sauf exceptions signalées en notes, sur l'édition la plus récente, celle de Fr. Beissner.
SOMMAIRE
(résumé)
Avant-propos, par Philippe Jaccottet
ANNÉES D'ÉTUDES
(1784-1793)

POÈMES (traduction par Philippe Jaccottet)
LETTRES (traduction par Denis Naville)
PÉRIODE D'HYPÉRION
(1794-1798)

POÈMES (traduction par Philippe Jaccottet et Gustave Roud)
HYPÉRION (traduction par Philippe Jaccottet)
Fragment Thalia
Hypérion ou l'Ermite de Grèce
ESSAIS (traduction par Denise Naville)
LETTRES (traduction par Denis Naville)
PÉRIODE D'EMPÉDOCLE
(1798-1800)

POÈMES (traduction par Philippe Jaccottet)

Empédocle

EMPÉDOCLE (traduction par Robert Rovini)
La mort d'Empédocle, première version
La mort d'Empédocle, deuxième version
La mort d'Empédocle, troisième version

ESSAIS (traduction par Denise Naville)
LETTRES (traduction par Denise Naville)
PÉRIODE DES GRANDS POÈMES
(1800-1806)

ODES
ÉLÉGIES
POÈMES ISOLÉS
L'Archipel (traduction par Jean Tardieu)

HYMNES

Patmos (traduction par Gustave Roud)
Patmos, fragment tardif (traduction par Gustave Roud)

HYMNES EN ESQUISSE
PLANS ET FRAGMENTS
EN BLEU ADORABLE (traduction par André du Bouchet)
ESSAIS
LETTRES (traduction par Denise Naville)
DERNIÈRES ANNÉES
(1807-1843)

POÈMES
LETTRES (traduction par Denise Naville)
Documents
Notes
Bibliographie succinte

ERNST JÜNGER : Là-bas, le vapeur de midi gagnait maintenant vers l'île de Lesina ; il paraissait à peine plus grand que le bateau qui passa, portant Ulysse enchaîné, devant le rivage des sirènes. Le merveilleux, notre intimité avec lui est à ce point profonde qu'il n'éveille en nous nul étonnement. La joie singulière, que ses images nous réservent, vient d'une présence où nous voyons confirmée la réalité de nos rêves. Comment Hölderlin, loin des parages où s'ébattent les dauphins, eût-il sinon reconnu, dans sa plus secrète signification, l'impérissable beauté du monde des îles ?

Alle leben sie noch, die Heroenmütter, die Inseln,
Blühend von Jahr zù Jahr …
 

Séjour dalmate, in « Voyage atlantique », pp. 97-98

EXTRAIT

L'ARCHIPEL

[…]

Père Archipel ! me voici près de toi saluant ton repos !

Car tu vis, ô Puissant ! et toujours sans vieillir tu reposes dans l'ombre
De tes monts, comme alors, et toujours étreignant de tes bras de jeune homme
La terre que tes vagues entourent, le pays ravissant de tes filles.
Pas une île perdue ! Oh, pas une des fleurs de tes eaux n'est perdue !
Crète est debout et Salamine a reverdi, et, sous la lueur des lauriers
Ornée d'une auréole de rayons, à l'heure où s'enflamme l'aurore,
Délos élève son front inspiré ! Et Ténos et Chios
Regorgent de fruits empourprés, et, du haut de ses collines ivres,
La boisson de Cypros ruisselle, et, sur les pentes de Kalauria
Comme alors, les ruisseaux argentés gagnent l'onde ancestrale du Père !
Toutes sont là, les îles, les mères immortelles des Héros.
Les printemps successifs voient leurs fleurs ; mais au temps où du fond de l'abîme
La flamme de la nuit, l'ouragan souterrain déchaînant sa fureur,
Saisissait tout à coup l'une d'elles et jetait dans ton sein la mourante,
Tu restais patient et divin, car ta face impassible aura vu
Plus d'un monde apparaître et sombrer sur les gouffres remplis de ténèbres.

[…]

Poèmes isolés, trad. par Jean Tardieu, pp. 823-824

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Hypérion », Paris : Gallimard (Poésie, 86), 1973
  • « Odes, Élégies, Hymnes », Paris : Gallimard (Poésie, 272), 2019
  • « Emilie vor ihrem Brauttag = Emilie à la veille de ses noces », in Marie-Jean Vinciguerra, Hölderlin et Paoli, Basti : Materia scritta (Libelle), 2006
  • Lito Ioakimidou, « Patmos entre la révélation du sacré et l'opacité du quotidien : Hölderlin, Papaditsas, Lorand Gaspar » in Poésie et insularité textes réunis et édités par Gregory Lee, Lyon : Université Jean Moulin Lyon 3 (Transtext(e)s Transcultures, Journal of global cultural studies, HS), 2008

mise-à-jour : 26 mars 2019

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX