Jean-Luc Cattacin

Îles flottantes

Phébus

Paris, 2017

bibliothèque insulaire

       

parutions 2017

Îles flottantes / Jean-Luc Cattacin. - Paris : Phébus, 2017. - 171 p. ; 21 cm.
ISBN 978-2-7529-1128-5
Deux îles entre lesquelles se noue un lien énigmatique.

L'une de ces îles est lointaine autant qu'il est possible, méconnue, mystérieuse. L'auteur la désigne par son nom — ce qui permet de la situer géographiquement, au cœur de l'océan Pacifique et d'évoquer quelques pans d'une histoire incertaine.

La seconde île est proche et familière. Son nom n'est pas donné. Le lecteur  peut donc imaginer où situer ce décor de vacances familiales 1 — avec ses couleurs, ses odeurs, ses bruits, ses protagonistes et ses rites.

L'abus de substance stupéfiante laisse croire, un instant, que le défi du rongo-rongo pourrait être relevé, mais l'espoir s'éteint aussi vite qu'il s'est levé.
       
1.Tentation à laquelle ont cédé, semble-t-il, de nombreux lecteurs …
NOTE DE L'ÉDITEUR : Tout a commencé sur l'île où je passe mes vacances. Pour une bouchée de pain, j'achète une étrange tablette de bois. En voulant comprendre les signes gravés sur ses flancs, je rencontre Elizabeth. Il s'agit d'une écriture, me dit-elle : le rongo-rongo de l'île de Pâques.

Plages immenses et sentiers dans la forêt, odeur de l'océan et des immortelles, corps alanguis au soleil : un bel été commence.

Mais voilà, mon ami Ficelle doit me rejoindre dans la grande maison sur la dune. Ficelle et ses très mauvaises habitudes. Ficelle, à qui rien ne fait peur. Le genre de garçon qui change le cours de l'histoire.

EXTRAIT La lecture de Comprendre Pâques m'a appris de nouvelles choses sur cette île du bout du monde à laquelle depuis celle où je me trouve je m'intéresse sans trop savoir pourquoi, si ce n'est que repose sur ma table de chevet la tablette de bois qu'on a là-bas gravée d'une écriture indéchiffrable au nom ridicule et qui est arrivée jusqu'ici et m'a fait rencontrer la femme de la bibliothèque. Elizabeth. Rongo-rongo. Cette langue étrange et le flou qui entoure l'île comme un brouillard m'agacent et me fascinent à la fois.

[…]

L'histoire, en plus d'être triste, est mystérieuse : chaque information récoltée suscite de nouvelles interrogations et plus j'en sais plus je découvre à quel point on ignore encore tout ou presque de cette civilisation du bout du monde. Je descends. En bas, dans la cuisine, le petit déjeuner se termine et ma mère s'apprête à emmener Grâce et Stella dire au revoir à madame Verte pendant qu'Arielle et Paul bouclent les valises. Ils s'en vont tous ce matin.

Après leur départ je suis descendu vers les Belles par le chemin qui de la terrasse traverse le sein de sable de la dune en fendant le châle d'herbe marine qui la recouvre. […] Je m'apprêtais à remonter vers la maison qui désormais m'appartenait quand à mi-chemin, sur ma gauche, des cris et les teintes vives et mouvantes d'un tissu ont attiré mon regard. Près du parasol rouge et des parents qui secouent la tête et se moquent d'elle la jeune fille d'ordinaire si calme semblait danser sur place qui agitait en torera son paréo pour chasser une abeille en riant et criant à la fois et un instant son sourire effrayé et le mien se sont croisés dans le vent entre nous à mi-chemin.

pp. 51-53
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE

mise-à-jour : 13 novembre 2017
Jean-Luc Cattacin : Îles flottantes
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX