Sia Figiel

Where we once belonged

Pasifika Press

Auckland, 1996
bibliothèque insulaire

      

des femmes et des îles
Where we once belonged / Sia Figiel. - Auckland (New Zealand) : Pasifika press, 1996. - 235 p. ; 22 cm.
ISBN 0-908597-27-4

Sia Figiel décrit, dans ce premier roman, les lieux et les êtres qui l'entourent dans la « vie réelle » — une gageure sur une petite île, ici Upolu, où tout le monde connaît tout le monde … où tout le monde peut, à tort ou à raison, se croire mis en scène, éventuellement ridiculisé. Robert Sullivan, un critique néo-zélandais, s'est interrogé sur les risques pris par la romancière : « How could she be so brave to write this work, given that she continues to live within Western Samoa and must be subject to the closeness of the people there, who presumably must recognise characters within it (one woman I spoke to who was also brought up in the country claimed to recognise people) ? »

❙ Née à Apia, aux îles Samoa, en 1967, écrivain, peintre et véritable actrice quand elle présente ses poèmes, Sia Figiel est considérée comme une des très grandes voix du Pacifique.
DESCRIPTION : Alofa Filiga is thirteen years old. She lives with her family, the Filiga'aiga, in the village of Malaefou, not far from Apia in Western Samoa. But Alofa isn't happy; coming of age in Samoa isn't as easy as those European anthropologists imagined it to be. Sia Figiel's first book uses the traditional Samoan storytelling form of su'ifefiloi to tell a modern tragicomedy of violence, the repression of women and the struggle for identity in today's Samoa. It is a forceful and honest adult work; the first of its kind to come from the Pacific.
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « The girl in the moon circle », Suva (Fiji) : Mana publications, 1996 ; « La petite fille dans le cercle de la lune » trad. par Céline Schwaller, Arles : Actes sud, 1999 ; Paris : J'ai lu (J'ai lu, 6429), 2002 ; Arles : Actes sud (Babel, 779), 2006
  • « To a young artist in contemplation » poetry and prose, Suva (Fiji) : Pacific Writing Forum, University of the South Pacific, 1998
  • « They who do not grieve », Auckland : Random house, 1999 ; « Le tatouage inachevé » trad. par Céline Schwaller, Arles : Actes sud, 2004
  • « Les danseurs » nouvelle traduite par Céline Schwaller, in Douze écrivains néozélandais, publié à l'occasion des Belles Étrangères, Paris : Sabine Wespieser, 2006

mise-à-jour : 7 janvier 2007

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX