Matayoshi Eiki

Histoire d'un squelette

Philippe Picquier

Arles, 2006

bibliothèque insulaire

      

des femmes et des îles
Autour du Japon

parutions 2006

Histoire d'un squelette / Eiki Matayoshi ; traduit du japonais par Patrick Honnoré. - Arles : Philippe Picquier, 2006. - 240 p. ; 21 cm.
ISBN 2-87730-839-1
9ème édition du Prix du Livre Insulaire : Ouessant 2007
livre en compétition

Le squelette d'une femme est découvert lors de fouilles archéologiques sur l'île d'Okinawa. L'évènement ravive une tension latente dans la population entre ceux pour qui l'avenir passe nécessairement par une intégration plus étroite dans l'ensemble japonais et les défenseurs de l'identité et des traditions de l'archipel 1.

Deux jeunes femmes incarnent ce clivage : Kotono milite pour le progrès et l'intégration, Sayoko revendique en toutes circonstance son appartenance à une lignée aristocratique autochtone. Entre les deux, le cœur et les sens de Meitetsu, jeune et naïf, ne cesse de balancer ; pourtant, après avoir cédé aux charmes de Kotono, il soutiendra les visées de Sayoko.

Cette trame permet à Matayoshi Eiki 2 de brosser un tableau vivant de la société okinawaïenne, de ses particularismes, de ses modes de vie et des courants de pensée qui s'y expriment. L'éditeur français note à juste titre que l'œuvre et le milieu dans lequel elle s'inscrit ne sont pas sans affinités avec la littérature et le monde créoles — climat tropical, rapports sociaux, culturels et linguistiques avec la « métropole » …
       
1.Okinawa est l'île principale de l'archipel des Ryu Kyu, à 500 km au sud de Kyushu (la plus méridionale des quatre grandes îles qui constituent le Japon « métropolitain »). Pendant plusieurs siècles le royaume indépendant des Ryu Kyu a su maintenir un équilibre délicat dans ses relations politiques et économiques avec la Chine et le Japon ; il fut définitivement annexé par le Japon en 1879 et occupé par les Etats-Unis entre 1945 et 1972.
2.Né en 1947, Matayoshi a été lauréat en 1995 du prix littéraire Akutagawa (pour Buta no mukui, non traduit) ; cette prestigieuse distinction avait déjà été attribuée à deux écrivains de l'archipel : Oshiro Tatsuhiro en 1967 (pour Kakuteru paati, trad. anglaise, The cocktail party, 1996) et Higashi Mineo en 1971 (pour Okinawa no shônen, trad. anglaise, Child of Okinawa, 1996).
EXTRAIT

Meitetsu était sur le point de raconter sa mauvaise expérience avec les Yamatou, les Japonais de la métropole, et comme quoi sa rancune n'était pas encore éteinte. Mais il n'avait pas vraiment envie de parler des différences entre Okinawa et le Yamato avec une femme avec qui il avait couché la veille.

   « On dit que les gens d'Okinawa sont accueillants et acceptent tout le monde, mais c'est juste pour les gens qui viennent passer deux ou trois jours. Quand il s'agit de quelqu'un qui vient habiter à côté ou qui vient travailler avec eux, c'est une autre histoire. Comme ils ont un complexe d'infériorité vis-à-vis des Japonais de la métropole pour la langue ou pour le travail, ils font, comment dirais-je … de la ségrégation inversée ! »

Meitetsu trouva qu'elle y allait un peu fort.

   « On parle toujours du magnifique esprit de solidarité qui anime les Okinawaïens, continua-t-elle, mais la réalité de la vie ici, c'est de dire avec le sourire à son voisin : " La femme de votre fils aîné est bien gentille … " et d'aller raconter à tout le monde ce qu'ils avaient à manger ce jour-là ; ça ne dépasse pas ce niveau. »

Meitetsu se sentit soudain choqué et eut envie de répliquer : « Tu veux donc détruire le sens de la communauté ? » mais le cou et la naissance des seins de Kotono pénétrèrent dans son champ de vision. Il y avait mieux à faire que se disputer avec elle …

p. 70

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « 人骨展示間 (Jinkotsu tenjikan) », Tōkyō : Bungeishunjū, 2002

mise-à-jour : 2 mai 2014

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX