Marie Vieux-Chauvet

La danse sur le volcan

Maisonneuve et Larose / Emina Soleil

Paris, Léchelle, 2004
bibliothèque insulaire
   
Haïti
des femmes et des îles
parutions 2004
6ème édition du Prix du Livre Insulaire (Ouessant 2004)
ouvrage sélectionné
La danse sur le volcan / Marie Vieux-Chauvet ; préface de Catherine Hermary-Vieille. - Paris : Maisonneuve & Larose et Emina Soleil, 2004. - [7]-376 p. ; 21 cm.
ISBN 2-7068-1781-X

CATHERINE HERMARY-VIEILLE : [] L'histoire que raconte avec un immense talent Marie Vieux-Chauvet évoque principalement le destin d'une jeune métisse, incroyablement douée pour le chant et qui, durant un court moment de sa vie, a foi en son art et dans le brillant futur qu'il peut lui ouvrir. Cette histoire est douce et cruelle, sucrée et amère comme les saveurs des Caraïbes, elle fait sourir et grincer des dents. Tout y est dit sur les ambitions et les désenchantements humains face à une société incapable d'aller de l'avant. Le talent de Minette semblera tout d'abord lui ouvrir les portes et les cœurs mais ces faux-semblants, les sourires, les paroles bienveillantes sont autant d'hypocrisies qui ne laisseront à la jeune fille d'autre choix que la révolte.

[]

Il semble qu'en Haïti toute la joie de vivre et le malheur du monde se soient donnés rendez-vous dans un creuset où étaient en ébullition les émotions, espoirs, jalousies, rancœurs du monde. Voilà pourquoi la lecture d'un roman comme celui de Marie Vieux-Chauvet n'a rien d'un roman historique classique où l'évocation embellie d'un temps révolu ne soulève qu'un passager plaisir. Dans ce livre, point de héros admirables, d'amants irréprochables, de jeune première candide. Chacun porte sa part d'ombre et de lumière, son potentiel d'amour et de tendresse dans une réalité dure, violente où la bonté et la naïveté n'ont guère de place : les adolescentes y deviennent vite, trop vite des femmes, les contestataires, les rêveurs y voient inexorablement éradiquées leurs grandes espérances. Ce livre est un voyage dans le temps, un voyage dans l'espace et un voyage à l'intérieur de soi-même, un cercle magique et déchirant, unique comme une île, comme Haïti.

Préface

Marie Vieux-Chauvet, née en 1916 à Port-au-Prince et disparue en 1973 à New-York, est considérée comme l'un des plus grands écrivains de la Francophonie. Auteur de plusieurs romans et récits, elle a dû quitter Haïti en 1968 pour s'exiler aux États-Unis.

EXTRAIT

Dès leurs premiers regards, elles avaient appris à distinguer les enfants de couleur des enfants blancs, les colons riches des pauvres blancs, les esclaves des affranchis dont elles faisaient partie. Dès leurs premiers pas, elles avaient su qu'il y avait des endroits où jamais elles ne pourraient entrer ; à l'église, elles avaient vu des places pour les blancs et d'autres pour les nègres. Elles avaient vu aller à l'école, non sans envie, les enfants des blancs tandis qu'elles-mêmes devaient se cacher pour apprendre à lire.

p. 6

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « La danse sur le volcan », Paris : Plon, 1957 ; Léchelle : Zellige, 2009 ; Port-au-Prince : L'Imprimeur, 2016
  • « Dance on the volcano » translated by Kaiama L. Glover, Brooklyn (N.Y.) : Archipelago books, 2017 ➝ Repeating Islands
     
  • « Fille d'Haïti », Paris : Fasquelle, 1954 ; Léchelle : Zellige, 2014
  • « Fonds-des-Nègres », Port-au-Prince : Éd. Henri Deschamps, 1961 ; Léchelle : Zellige, 2015
  • « Amour, colère et folie », Paris : Gallimard, 1968 ; Léchelle : Emina Soleil, 2005
  • « Les rapaces », Port-au-Prince : Éd. Henri Deschamps, 1986 ; Léchelle : Zellige, 2017
Sur le site « île en île » : dossier Marie Vieux Chauvet

mise-à-jour : 16 janvier 2017

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX