Philippe Le Guillou

Îles, photographies de Jean Hervoche

Terre de Brume

Rennes, 1999

bibliothèque insulaire
   
Iroise
îles de Bretagne Sud
parutions 1999
2ème édition du Prix du Livre Insulaire (Ouessant 2000)
ouvrage en compétition
Îles / texte de Philippe Le Guillou ; photographies de Jean Hervoche. - Rennes : Terre de brume, 1999. - 110 p. : ill. ; 29 cm.
ISBN 2-84362-057-0

NOTE DE L'ÉDITEUR : Ouessant, Sein, Belle-Ile, Bréhat, Callot …  Et Ys, Tolente et Occismor …  Îles …  Le voyage vers ces terres des confins et ces bastions du songe dépasse la simple satisfaction d'une curiosité touristique ou ethnologique. C'est, à travers un parcours d'images et de mots, une leçon de plein vent, d'air salubre, de pas rugueux, de géographie vivante, appréhendée au rythme du corps et du regard qui découvre. C'est une rêverie aussi commandée par l'isolement, le dépaysement, l'appropriation progressive d'un territoire marqué des charmes de l'avant.

Le parcours des îles du large de l'Armorique et de l'imaginaire peut être une manière d'assouvir une faim de grands paysages originels. Parce qu'il est bon parfois de partir, de s'octroyer le temps méditatif d'une traversée dont on se désole souvent qu'il soit si court, bon d'aller tout au bout de ces confins lacérés d'écume, sur ces proues où le vent règne en maître invincible.

La leçon des îles retrouve les errances et les éblouissements de l'origine. Elle est une griserie en permanence nourrie par les perspectives, les variations du ciel, la légende, les eaux d'émeraude, le souvenir des navigations fabuleuses et les aléas du compagnonnage marin.

LE TÉLÉGRAMME DE BREST, Supplément, 24 novembre 1999 : Deux artistes ont uni leurs talents pour réaliser ce beau livre sur les îles de Bretagne : Bréhat, les Sept-Iles, Callot, Batz, Ouessant, Sein, Groix, Belle-Ile.

[…]

On a […] le sentiment que l'écrivain est plus à l'aise avec les îles du nord de la Bretagne, plus rudes et plus sauvages, qu'avec celles du sud, plus envahies par le tourisme. Ce qu'il aime, ce qui l'habite, ce sont « les solitudes exposées », « le silence, l'écoute de la rumeur du vent et des flots, une certaine forme d'adoration contemplative ».

Une approche encore plus affirmée chez Jean Hervoche : ses photographies sont sombres, noires — à l'excès parfois. Les ciels qui pèsent sur les îles de Bretagne sont toujours gris ou lourds de menaces. Inquiétudes ? Angoisse ? A moins qu'Hervoche n'ait fait sienne cette phrase de Philippe Le Guillou : « La rêverie n'est jamais si belle que lorsqu'elle s'ouvre à une force qui la dépasse » …

Yves Loisel

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE

mise-à-jour : 11 octobre 2006

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX