12 janvier 2010
     tremblement de terre en Haïti

MISE-À-JOUR : 24 JANVIER 2016
   ACCUEIL
   LETTRE DES ÎLES
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES

   ÉVÉNEMENTS
   OPINIONS
   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX
   
LETTRES HAÏTIENNES
LYONEL TROUILLOT,

« En Haïti, nous n'avons pas la maîtrise de notre pays »

Libération, 23-24 janvier 2016

Six ans après le violent séisme qui a ravagé Port-au-Prince, le poète et romancier haïtien évoque la situation catastrophique de son pays, alors que se déroule ce dimanche [24 janvier] le second tour de la présidentielle, où un seul candidat, Jovenel Moïse, est en lice.

lire l'article dans son intégralité.

source : Centre d'actualités de l'ONU
Il Y A CINQ ANS …

QUELQUES SOURCES D'INFORMATION SUR L'AVANCEMENT DE LA RECONSTRUCTION
Il faut sauver le Musée d'Art Haïtien du Collège Saint-Pierre

Le Nouvelliste, 20 janvier 2014

« Quatre ans après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, un devoir de solidarité s'impose tant dans le secteur culturel haïtien que dans le paysage financier et philanthropique pour sauver le Musée d'Art haïtien du collège Saint-Pierre, une des plus célèbres et rares institutions culturelles haïtiennes participant à la promotion et à la conservation de l'héritage artistique du pays. Les responsables sont à la recherche d'environ 250 000 dollars américains pour rouvrir les portes du musée aux artistes et au grand public. »

→ lire l'article dans son intégralité sur le site du Nouvelliste.

La Fondation Toussaint Louverture est en charge du programme de recherche de fonds :


Port-au-Prince : le Palais National
Haitifeed.com - 12 janvier 2010, 21:52
Il Y A QUATRE ANS …

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre a ravagé Port-au-Prince et sa région, déstabilisé le pays, causé des centaines de milliers de morts, des millions de sans-abri, ruiné des infrastuctures vitales pour la population … Mais l'évènement a été suivi d'une impressionnante mobilisation internationale et, très rapidement, des projets internationaux de recontruction et de développement ont été engagés.

Or, quatre ans plus tard, l'effet attendu de ces promesses généreuses est très en-deçà des perspectives les moins optimistes. Le témoignage du cinéaste Raoul Peck (cf. ci-dessous) rend compte avec précision du gouffre qui s'est creusé entre prévisions et réalisations dont il expose et analyse lucidement les causes et les effets.

Si la communauté internationale ne peut accompagner l'effort de reconstruction d'un pays dont la superficie est inférieure à 30 000 km2 et qui compte à peine plus de 10 millions d'habitants, on est en droit de s'interroger sur son aptitude à répondre efficacement aux innombrables défis que pose, chaque jour avec une intensité croissante, l'avenir d'un monde qui compte aujourd'hui plus de 7 milliards d'habitants.

Un décalage d'autant plus préoccupant qu'Haïti, à défaut de disposer de moyens financiers et techniques suffisants, peut compter sur des compétences humaines remarquables … Mais peut-être est-ce pour avoir sous-estimé ces atouts que l'effort international n'a pas obtenu les résultats escomptés.
Raoul Peck : ASSISTANCE MORTELLE

Arte, Mardi 16 Avril 2013, 20:50 heures

Le 12 janvier dernier, le troisième anniversaire du séisme qui a fait, en Haïti, 230 000 morts, 300 000 blessés et 1,5 million de sans-abri, a donné lieu au même bilan sévère que les années précédentes : reconstruction à peine entamée, marasme économique, pérennisation de campements de fortune et de nouveaux bidonvilles surpeuplés à Port-au-Prince et alentour. C’est cet échec que le cinéaste haïtien Raoul Peck a documenté deux années durant, en braquant son regard sur l’aide internationale, qui en est à ses yeux la première responsable.

La diffusion du document est suivie, à 22:25 heures, d'un entretien avec Raoul Peck.

Informations complémentaires sur le site d'Arte.


INTRANQU'ÎLLITÉS
La revue des Passagers des vents


Le premier numéro de cette revue en ligne est conçu et édité par les promoteurs de la résidence artistique et littéraire Les Passagers des Vents, sous l'impulsion de James Noël et Pascale Monin.
  • L’association Passagers des Vents anime un carrefour artistique et culturel en plein cœur d’Haïti (dans la ville de Port-Salut), où se côtoient écrivains et artistes, toutes disciplines confondues, de l’intérieur comme de l’extérieur.
  • Au sommaire du numéro 1 (2012) de la revue Intranqu'îllités, un hommage à Jacques Stephen Alexis et une pléiade de contributeurs originaires d'Haïti (Dominique Batraville, Georges Castera, Louis-Philippe Dalembert, Frankétienne, Gary Klang, Emmelie Prophète, Rodney Saint-Eloi, Lyonnel Trouillot, …) ou d'ailleurs (Patrick Chamoiseau, Ananda Devi, Ernest Pépin, …).
PORT-AU-PRINCE, 12 JANVIER, LEURS MOTS POUR MÉMOIRE
émission produite par Valérie Marin La Meslée et réalisée par Thomas Dutter
France Culture, Jeudi 12 Janvier 2012, 23:00-24:00 heures

Deux ans après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti et particulièrement sa capitale, les voix tremblent encore quand elles parlent d'une ville qui recommence pourtant à vivre dans une apparente « normalité ».
Alors que nous parcourions la capitale haïtienne en compagnie d'écrivains et créateurs pour la série des Villes-mondes consacrée à Port-au-Prince, la présence encore si manifeste de la dévastation tout autour, et à  l'intérieur de chacun a donné naissance à ce documentaire.
Nous y  entendrons des extraits de quelques-unes des œuvres que cette catastrophe leur a inspirée, entrelacés avec les appels, témoignages, et confidences. Chacun à sa façon, a pris en charge, qu'il ait été sur place le 12 janvier 2010 ou loin de son île natale, ce drame collectif.
Cette émission, dédiée aux disparus, se veut un moment de partage avec ceux qui vivent toujours dans des conditions tragiques, entre la tristesse et l'espérance, la colère et la tendresse, la  douleur et la confiance, et un hommage au courage du peuple haïtien à se réinventer au jour le jour.

Informations complémentaires sur le site de France Culture.


ÉTONNANTS VOYAGEURS
RETOUR EN HAÏTI
  • prochaine édition : 1-4 février 2012 (Port-au-Prince)
  • site internet
La seconde édition du Festival Étonnants Voyageurs en Haïti devait s'ouvrir à Port-au-Prince le 14 janvier 2010 ; ce beau rendez-vous n'a pu se tenir après la catastrophe survenue deux jours plus tôt. Mais, sous l'impulsion de Dany Laferrière et Lyonel Trouillot, l'initiative est aujourd'hui relancée : la manifestation, qui se tiendra du 1er au 4 février 2012, mettra en lumière la vitalité de la littérature haïtienne et rendra un hommage particulier au poète Georges Castera.
VILLES-MONDES : PORT-AU-PRINCE
documentaire de Valérie Marin La Meslée
France Culture, Dimanche 18 Décembre 2011, 14:00-16:00 heures

Le monde a vu Port-au-Prince s’écrouler le 12 janvier 2010. Deux ans plus tard, la vie a repris sous le signe de la débrouillardise, entre les cicatrices béantes du séisme.
Au départ de Delmas, immense excroissance de la mégapole, Valérie Marin La Meslée propose un parcours en compagnie de Dany Laferrière ; durant deux heures, la parole y est donnée aux écrivains, aux artistes, à ceux qui font vivre la culture du pays : Emmelie Prophète, Frankétienne, Dominique Batraville, Yanick Lahens, Gary Victor, Makenzy Orcel, Georges Corvington, Elisabeth Pierre-Louis, Patrick Vilaire, Gérard Fortuné, Pascale Monnin, Michel Monnin, Mano du groupe Chay Namm …
Informations complémentaires sur le site de France Culture.

NON À LA FATALITÉ DE LA MISÈRE

Jeudi 4 août 2011 : Haïti est directement exposée au passage de la tempête tropicale Emily.
C'est l'occasion d'un regard sur la commune des Abricots où le maire, Jean-Claude Fignolé, refuse de se soumettre à la fatalité de la misère, s'efforçant avec succès de mettre en œuvre un ensemble cohérent de programmes de développement durable visant, entre autres, à assurer la formation et l'emploi, la sécurité sanitaire et alimentaire (agriculture vivrière, pêche, transformation) et à promouvoir un tourisme respectueux de l'environnement.

Publié en novembre 2010, un reportage vidéo (commentaire en créole) illustre les remarquables progrès réalisés depuis le séisme du 12 janvier 2010. Comme l'affirment les réalisateurs : Abricot is a beautiful place with beautiful people !
YANICK LAHENS
La tentation du catastrophisme
Le Monde des Livres, 20 mai 2011

Je fais partie de ces écrivains de nuit pour lesquels une des questions fondamentales demeure l'interrogation face au Mal. Mon unique parade a toujours été d'opposer au Mal la beauté, toutes les beautés, dont celle des mots. La catastrophe du 12 janvier en Haïti m'a renvoyée plus que jamais à leur précarité et à leur force.

Lire l'intégralité du texte publié dans Le Monde des Livres.
LE TEMPS, 19 mars 2011
Frankétienne • Dany Laferrière

Samedi 19 mars 2011, le grand quotidien genevois Le Temps a installé Haïti au cœur d'un numéro spécial accordant une large place aux arts et à la culture ; y figurait un entretien croisé avec Frankétienne et Dany Laferrière.

HOMMAGE AUX VICTIMES, AUX SURVIVANTS, AUX HÉROS, À NOUS TOUS …

« Après le séisme du 12 janvier 2010, des écrivains haïtiens et étrangers qui étaient sur place ont témoigné dans la presse internationale, contrebalançant des informations qui souvent étaient dictées par des besoins relevant du sensationnalisme ou de la xénophobie.

Le Nouvelliste et la Direction Nationale du Livre (DNL), un an après, ont demandé à ces écrivains de reprendre la parole — la plume — encore une fois, pour permettre aux lecteurs du monde entier de comprendre ce que nous avons tous vécu pendant cette année, quels sont nos espoirs et surtout pour rendre hommage aux victimes, aux survivants, aux héros, à nous tous … »

Ce bref recueil permet d'entendre les voix de Frankétienne, Rodney Saint-Eloi, Yanick Lahens, James Noël, Claude C. Pierre, Louis-Philippe Dalembert, Gary Victor, Emmelie Prophète, Evelyne Trouillot, Jean-Euphèle Milcé, Lyonel Trouillot, Syto Cavé, Kettly Mars, Dany Laferrière, Thomas C. Spear, Michel Le Bris et Avin.

Philippe Dodard
The rising soul
JEAN-ROBERT LÉONIDAS
Croire mordicus à la résurrectinon d'Haïti
NouvelObs.com, 12 janvier 2011

… Et  nous les estropiés, nous  continuons  notre  marche dialectique entre la racine et la fleur, jouant à la marelle entre la terre et le ciel, poussant à cloche-pied les lignes du poème qui  charrie essoufflé les semences sèches de la reconstruction …

Lire l'intégralité du texte de Jean-Robert Léonidas sur NouvelObs.com.
LYONEL TROUILLOT
Les Haïtiens ne sont pas écoutés
Le Monde, 9-10 janvier 2011

Il faudrait demander à l'Organisation des Etats américains, aux Nations unies et au reste de la communauté internationale pourquoi ils n'ont pas écouté les voix haïtiennes. Comment peut-on prétendre, même avec les meilleurs intentions, reconstruire le pays sans être à l'écoute de ses pulsations ?

Lire l'intégralité de l'entretien recueilli par Grégoire Allix.

Du 12 octobre 2010 au 12 janvier 2011,

des théâtres installent une cantine (ou malle) dans leur hall afin de favoriser la collecte de livres,

en partenariat avec l’association Bibliothèques Sans Frontières

Haïti Action Artistes
Vente aux enchères au profit des artistes haïtiens

Exposition du 1er au 22 septembre 2010
Ministère de la Culture
182, rue Saint-Honoré
75001 Paris

Vente aux enchères le jeudi 23 septembre 2010
Hôtel Salomon de Rothschild
11, rue Berryer
75008 Paris

Informations : Haïti Actions Artistes
VENDREDI 16 AVRIL 2010 à 20:35 heures
France 3 - Thalassa
Haïti, Retour aux Abricots

En décembre 2008, Thalassa avait consacré un reportage télévisé à la commune des Abricots et à son maire Jean-Claude Fignolé (réalisation Stéphanie Brabant). Pour faire le point sur la situation consécutive au tremblement de terre (la commune a accueilli près de 9 000 rescapés), une équipe de reportage est retournée sur place : comment s’organiser, comment nourrir la population, comment reconstruire ?

À voir sur le site de Thalassa.
LA VOIX DES ÉCRIVAINS HAÏTIENS AU SALON DU LIVRE DE PARIS

À l'occasion du Salon du livre de Paris 2010, Lyonel Trouillot, Dany Laferrière, Kettly Mars et Louis-Philippe Dalembert étaient réunis le 27 mars pour une rencontre animée par le journaliste de RFO Christian Tortel, autour du thème « Haïti : c'est la culture qui nous sauvera ». Deux mois et demi après le séisme, ils ont évoqué leur ressenti, leurs inquiétudes et leurs espoirs face à l'avenir, le rôle des intellectuels haïtiens dans la reconstruction du pays, la formidable énergie d'un peuple qui ne demande qu'à vivre.

Morceaux choisis sur le site Africultures.

L’écrivain haïtien Frankétienne a été nommé Artiste de l’UNESCO pour la paix par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. La cérémonie s’est déroulée en marge du Forum « Reconstituer le tissu social, culturel et intellectuel d’Haïti », qui s'est tenu le 24 mars au siège de l’Organisation.

Frankétienne sur le site des littératures insulaires (dernières entrées) :

ENTENDRE L'APPEL DES ÉCRIVAINS D'HAÏTI

… main dans la main, recommencer 1804, cette fois, avec l’appui de tous les pays du monde.

Rodney Saint-Eloi

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a ravagé Port-au-Prince et sa région, accablant une nation qui, après avoir arraché de haute lutte son indépendance en 1804, ne cesse d'affronter la condescendance, l'indifférence et l'hostilité des grandes puissances — au point qu'on a pu parler d'une « révolution confisquée ».

La violence du choc, l'ampleur des destructions, l'horreur du drame et sa sinistre comptabilité ont déchiré le brouillard d'ignorance et d'indifférence où chacun croyait pouvoir oublier l'ancienne perle des Antilles, levant partout dans le monde un formidable élan de solidarité. Mais l'émotion est versatile ; avant qu'elle ne retombe, il faut consolider les bonnes intentions, rendre possible un projet de reconstruction qui outrepasse les conséquences directes du séisme et s'attaque aux causes profondes qui ont multiplié ses effets destructeurs — il faut rendre au peuple haïtien ce dont il a été spolié depuis deux siècles, la pleine maîtrise de son avenir ; lui fournir sans restriction les moyens de prendre la place qui lui revient dans le concert des nations.

Il n'y va pas seulement de l'avenir d'Haïti. Le sort de l'humanité est en jeu ; en effet, si celle-ci se montre incapable de contribuer à l'édification d'un avenir décent pour une nation de dix millions d'âmes vivant sur un tiers d'île — vingt-sept mille kilomètres carrés —, comment croire qu'elle pourra faire face aux défis incommensurablement plus nombreux, plus complexes et plus graves de son propre avenir : maîtriser dans l'harmonie, à l'échelle planétaire, les contraintes de l'environnement, de la vie sociale, culturelle, économique ?

Dans la pièce de théâtre (Melovivi, ou Le piège) qu'il écrivait au moment même où le séisme a frappé, Frankétienne  dénonce « la dévastation organisée de la planète ». Deux personnages y dialoguent au milieu d'un monde en ruine. Et l'auteur précise : « je mets chacun en face de ses responsabilités, que ce soient les grands décideurs de multinationales ou les gens qui mettent du fatras, les pauvres qui coupent les arbres, tous sont des prédateurs, (…) mais aucun pays ne pourra se libérer seul de ce problème car tous, absolument tous, sont concernés » — Frankétienne, Conversation avec Philippe Bernard, 25 janvier 2010.

Ce pressant appel s'inscrit naturellement dans le flux vigoureux d'une littérature haïtienne qui, depuis 1804, appelle à la construction d'un monde plus humain — il suffit pour s'en convaincre de lire ou relire « Gouverneurs de la rosée ». L'appel des écrivains d'Haïti doit être entendu, et il faut y répondre sans mesurer efforts, imagination et engagement.

Jacques Bayle-Ottenheim
12 février 2010
Hommage aux écrivains disparus
  • Georges Anglade (écrivain et géographe) et sa femme ont été ensevelis sous les décombres de leur maison de Port-au-Prince ; information dans Le Devoir (Montréal), 14 janvier 2010 ; hommage de Stanley Péan : « Respects à Georges Anglade » ; « Georges Anglade et la Nouvelle Haïti » par Luc Loslier, Professeur honoraire, Université du Québec à Montréal (Le Devoir, 19 janvier 2010)
  • Pierre Vernet, éminent créoliste, a disparu (et trop de ses étudiants avec lui) alors qu'il donnait un cours à l'Université ; hommage de Raphaël Confiant (16 janvier 2010).
Parmi les survivants : Marie-Célie Agnant, Bonel Auguste, Gary Augustin, Jean-François Avin (dit A20), Mimi Barthélémy, Dominique Batraville, Syto Cavé, Christophe Charles, Anaïse Chavenet, Louis-Philippe Dalembert, Willems Edouard, Jean-Claude Fignolé, Frankétienne et Marie-Andrée Etienne, Laënnec Hurbon, Dany Laferrière, Yanick Lahens, Kettly Mars et sa famille, James Noël et sa famille, Claude C. Pierre, Paulette Poujol-Oriol, Emmelie Prophète et Jean-Euphèle Milcé, Odette Roy Fombrun, Rodney Saint-Eloi, Jean-Baptiste Schiller, Lyonel Trouillot, Evelyne Trouillot et leur famille, Gary Victor et sa famille, …
Des écrivains témoignent, ou réagissent
Points de vue, analyses
  • Pour que rien ne soit comme avant, position du « Mouvement pour une Haïti belle » (Mouvmanou Moun Pou Ayiti Bel, MAB), sur le site Africultures ;
  • Haïti : tout d’abord, ne plus nuire, l'analyse de Paul Farmer (organisation Zanmi Lasanté) : « En tant que médecins travaillant en Haïti, nous savons que le pays tout entier risque la destruction si, les uns et les autres, nous ne l’aidons pas à se reconstruire à la façon dont les Haïtiens eux-mêmes l’entendent ». — sur le blog du Monde Diplomatique.
Bibliothèques, librairies et universités à reconstruire
Soutien et solidarité
  • appel urgent de l'écrivain Jean-Claude Fignolé, maire de la commune des Abricots (env. 250 km à l'ouest de Port-au-Prince) où ont été accueillis plusieurs milliers de rescapés
  • Aide aux enfants d'Haïti
Sources complémentaires d'information
  • information générale en direct d'Haïti : Le Nouvelliste
  • information générale en direct d'Haïti : Le Matin
  • information générale en direct d'Haïti : Alter Presse
  • information générale en direct d'Haïti : Haïti Press