Edouard Glissant

Les Indes / Lézenn, éd. bilingue, texte créole de Rodolf Etienne

Le Serpent à plumes

Paris, 2005

bibliothèque insulaire

   
bannzil kréyòl
Martinique
parutions 2005
Les Indes = Lézenn / Edouard Glissant ; éd. bilingue, texte créole (Martinique) de Rodolf Etienne. - Paris : Le Serpent à plumes, 2005. - 171 p. ; 21 cm. - (Fiction française).
ISBN 2-268-05523-X
« Les Indes » réunissent en six chants cette extraordinaire part de notre imaginaire commun qui prend base en plusieurs espaces du monde. Contraires ou contradictoires, ces espaces se sont néammoins unis pour exploser, sous le soleil torride des Antilles, en un chapelet d'histoires.

Rodolphe Etienne, Préface, p. 10

Le poème d'Edouard Glissant relate la page d'histoire qui s'ouvre avec la découverte des Indes occidentales par les navigateurs européens des XVe et XVIe siècles ; il se compose de six chants :

L'Appel,
Le Voyage,
La Conquête,
La Traite,
Les Héros,
La Relation.

Originaire de Martinique, Edouard Glissant écrit son poème en français, dans une langue qui, sans transgresser l'usage, est marquée d'une empreinte personnelle forte où se fondent inextricablement apports classiques, caribéens, africains et américains — soit une créolisation ouverte, et ouvertement assumée, où la volonté d'assigner un sens prévaut sur tout assujettissement culturel sans jamais renier filiations ou affinités (échos de Saint-John Perse ou de Claudel par exemple).

Était-il opportun de traduire l'œuvre en créole, au risque de limiter sa portée en l'inscrivant dans les limites d'une stricte géographie culturelle, et en accentuant l'emprise formelle de l'oralité ? Premier concerné, Edouard Glissant a soutenu et accompagné le travail de Rodolf Etienne — ce qui vaut réponse. A quoi l'on peut ajouter que, comme toute autre, cette traduction repose sur une lecture vigilante du poème ; si elle ne prétend pas en épuiser le sens dans sa profusion, elle porte un éclairage décalé, et révélateur : choix des mots (jusqu'aux néologismes), structure grammaticale, prosodie … Plus généralement — comme dans le cas d'une performance théâtrale —, Lézenn souligne la densité du texte, l'expose sous une lumière nouvelle, lui ouvre des perspectives parfois insoupçonnées.
EXTRAIT

   Ô course ! Ces forêts,  ces soleils vierges, ces écumes

   Font une seule et même floraison ! Nos Indes sont,

   Par-delà toute rage et toute acclamation sur le rivage délaissé,

   L'aurore, la clarté courant la vague désormais

   Son soleil, de splendeur, mystère accoutumé, ô nef,

   L'âpre douceur de l'horizon en la rumeur du flot,

   Et l'éternelle fixation des jours et des sanglots.

   

     p. 170

   A ! kous !
   Sé gran-bwa-tala, sé soley nef-tala, sé tjim-tala,
   Ka fè an sel ek menm florézon !

   Lézenn nou sé,
   Pa anlè tout konba ek tout aklamasion anlè
bòdaj-lanmè oublié-a,

   Bonmaten,
   Limiè ki ka kouri anlè tjim atjolman,

   Soley-li, adan wotè'y, mistè akoutimé,
   A ! nef ! Dousè anmè lorizon anlè rimè flo,

   Ek éternel fiksasion jou ek sanglo.

☐ p. 171     

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Les Indes : poème de l'une et l'autre terre » eaux-fortes de Enrique Zañartu, Paris, Falaize, 1956
  • « Poèmes : Un champ d’îles, La terre inquiète, Les Indes », Paris, Seuil, 1965
  • « Les Indes, Un champ d'îles, La terre inquiète », Paris, Seuil (Points, 178), 1985
  • « The Indies » translated by Dominique O'Neill, Toronto : GREF, 1992
  • « Poèmes complets : Le sang rivé, Un champ d'îles, La terre inquiète, Les Indes, Le sel noir, Boises, Pays rêvé, pays réel, Fastes, Les grands chaos », Paris : Gallimard, 1994
  • « Un champ d'îles », Paris : Instance, 1953
  • « La terre inquiète » avec un frontispice de Wifredo Lam, Paris : Éd. du Dragon, 1955
  • « Les Indes », Paris : Falaize, 1956 ; Paris : Seuil, 1965, 1985
  • « Soleil de la conscience », Paris : Seuil, 1956
  • « La Lézarde », Paris : Seuil, 1958, 1984, 1995 ; Gallimard, 1997
  • « Le sel noir », Paris : Seuil, 1960
  • « Monsieur Toussaint », Paris : Seuil, 1961, 1986
  • « Le sang rivé », Paris : Présence africaine, 1961
  • « Le quatrième siècle », Paris : Seuil, 1964 ; Gallimard (L'Imaginaire, 233), 1990
  • « Un champ d'îles (suivi de) La terre inquiète (et de) Les Indes », Paris : Seuil, 1965
  • « L'intention poétique », Paris : Seuil, 1969
  • « Malemort », Paris : Seuil, 1975 ; Gallimard, 1997
  • « Boises : histoire naturelle d'une aridité », [Fort-de-France] : Acoma, 1979
  • « Le discours antillais », Paris : Seuil, 1981 ; Gallimard (Folio essais, 313), 1997
  • « La case du commandeur », Paris : Seuil, 1981 ; Gallimard, 1997
  • « Le sel noir (suivi de) Le sang rivé (et de) Boises », Paris : Gallimard (Poésie, 175), 1983
  • « Pays rêvé, pays réel », Paris : Seuil, 1985
  • « Mahagony », Paris : Seuil, 1987 ; Gallimard, 1997
  • « Poétique de la relation (Poétique, III), Paris : Gallimard, 1990
  • « Fastes », Toronto : Ed. du GREF, 1991
  • « Tout-monde », Paris : Gallimard, 1993 ; Gallimard (Folio, 2744), 1995
  • « Poèmes complets (Le sang rivé ; Un champ d'îles ; La terre inquiète ; Les Indes ; Le sel noir ; Boises ; Pays rêvé, pays réel ; Fastes ; Les grands chaos) », Paris : Gallimard, 1994
  • « Faulkner, Mississipi », Paris : Stock, 1996 ; Gallimard (Folio essais, 326), 1998
  • « Introduction à une poétique du divers », Paris : Gallimard, 1996
  • « Soleil de la conscience (Poétique, I), Paris : Gallimard, 1997
  • « L'intention poétique (Poétique, II) », Paris : Gallimard, 1997
  • « Traité du tout-monde (Poétique, IV), Paris : Gallimard, 1997
  • « Monsieur Toussaint (version scénique), Paris : Gallimard, 1998
  • « Sartorius, le roman des Batoutos », Paris : Gallimard, 1999
  • « Le monde incréé : poétrie », Paris : Gallimard, 2000
  • « Pays rêvé, pays réel (suivi de) Fastes (et de) Les Grands chaos », Paris : Gallimard (Poésie, 347), 2000
  • « Iguanes, busards, totems fous : l'art primordial de Wifredo Lam » in Christiane Falgayrettes-Leveau (et al.) Lam métis, Paris : Dapper, 2001
  • « Ormerod », Paris : Gallimard, 2003
  • « La cohée du lamentin (Poétique, V), Paris : Gallimard, 2005
  • « Une nouvelle région du monde (Esthétique, I) », Paris : Gallimard, 2006
  • « Mémoires des esclavages », Paris : Gallimard, 2007
  • « Quand les murs tombent : l'identité nationale hors-la-loi ? » avec Patrick Chamoiseau, Paris : Galaade, Institut du Tout-Monde, 2007
  • « La terre magnétique : les errances de Rapa Nui, l'île de Pâques » en collaboration avec Sylvie Séma, Paris : Seuil (Peuples de l'eau), 2007
  • « L'intraitable beauté du monde : adresse à Barack Obama » avec Patrick Chamoiseau, Paris : Galaade, Institut du Tout-Monde, 2009
  • « Philosophie de la relation : poésie en étendue », Paris : Gallimard, 2009
  • « 10 mai : mémoires de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions », Paris : Galaade, Institut du Tout-Monde, 2010
  • « La terre, le feu, l'eau et les vents : une anthologie de la poésie du tout-monde », Paris : Galaade, Institut du Tout-Monde, 2010
  • « L'entretien du monde » entretiens avec François Noudelmann, Saint-Denis : Presses universitaires de Vincennes, 2018
  • Aimé Césaire, « Trajédi rwa Kristof » trad. en créole par Rodolf Etienne, Lamentin (Martinique) : Caraïbéditions, 2010
Sur le site « île en île » : dossier Edouard Glissant
Centre international d'études Edouard Glissant

mise-à-jour : 10 octobre 2018
Né à Sainte-Marie (Martinique) en 1928,
Edouard Glissant est décédé à
Paris le 3 février 2011.
Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau,
« Lettre ouverte au Ministre de l'Intérieur de la République française à l'occasion de son voyage en Martinique »
,
Libération, 7 décembre 2005
Patrick Chamoiseau et Edouard Glissant
« Dean est passé, il faut renaître. Aprézan ! »
Le Monde, 26-27 août 2007
Edouard Glissant
« Dans la Caraïbe, le monde entier est venu »,
Le Temps, 20 mars 2009
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX