Stéphane Héaume

Dernière valse à Venise

Serge Safran

Paris, 2017
bibliothèque insulaire
   
Méditerranée
Venise

parutions 2017

Dernière valse à Venise / Stéphane Héaume - Paris : Serge Safran, 2017. - 146 p. ; 19 cm.
ISBN 979-10-90175-73-0
Le ciel lui-même allait à la dérive.
Rien d'autre n'existait que cette
dérive infinie du temps et des êtres.


Tennessee Williams, Le printemps romain de Mrs Stone, cité en épigraphe

Venise ou la cité des eaux — le parallèle s'impose aujourd'hui comme hier. On se souvient moins que Venise a longtemps été la cité des masques
 ; les visiteurs affluaient de toute l'Europe, avides d'émotions — prostitution, jeu — stimulées dans un anonymat de convenance.
La nouvelle de Stéphane Héaume ranime habilement ce ressort désuet si souvent mis en œuvre dans les fictions vénitiennes d'époques révolues. Au Café Florian, à la Fenice et dans un hôtel cossu du Lido se noue une rencontre improbable, une idylle de hasard entre deux êtres fragilisés que seule pourrait rapprocher la fièvre de Venise.

La chute dément heureusement ce scénario trop convenu.

Une note de l'auteur en appendice rend un hommage appuyé à la comédienne Dorothée Blanck (1934-2016) qui avait tourné dans les films de Jean Renoir, Jean-Luc Godard, Agnès Varda, Jacques Demy, Robert Bresson, Alais Resnais …  La personnalité et le parcours de Dorothée Blanck ont inspiré Stéphane Héaume qui avoue lui avoir confié, dans sa nouvelle, un rôle peu à son avantage (p. 126).
EXTRAIT Rodolfo faisait les cent pas sur la petite place de la Fenice. Les réverbères venaient de s'allumer. Au bas des marches, quelques spectateurs arrivés de bonne heure devisaient dans l'air tiède. Rodolfo épousseta son costume. Ce soir, il pouvait bien le reconnaître et se le dire dans honte : il était heureux. Il entrevoyait le jour. Il avait réussi l'impossible rétablissement. Dorothy, l'opéra, ses efforts pour ne pas perdre le contrôle, ce soudain optimisme — tellement inhabituel chez lui —, tout cela avait procuré au jeune homme à bout une folle énergie, celle de l'alpiniste retrouvant ses appuis. Il avait gravi le surplomb de son vice.

Il jeta un coup d'œil à sa montre. Dix-huit heures quinze. Elle ne tarderait pas. Ce soir comme tous les soirs de cette semaine où ils avaient assisté à une représentation ; ils n'en avaient manqué aucune : deux fois Don Carlos, deux fois Le Chevalier à la rose et dans quelques minutes la première de Butterfly. Ils s'étaient laissés prendre dans le flot inépuisable de la musique toujours renouvelée, sans se lasser. Un baume.

p. 111
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
Stéphane Héaume, né à Paris en 1971, est l’auteur de plusieurs romans et nouvelles ainsi que de textes pour le théâtre lyrique et l’opéra : livrets sur des partitions de Richard Dubugnon et Thierry Escaich.

mise-à-jour : 6 décembre 2017
Stéphane Héaume : Dernière valse à Venise
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX