Ingmar Bergman

Cris et chuchotements [suivi de] Persona [et de] Le lien

Gallimard - Folio, 2620


Paris, 1994
bibliothèque insulaire
   
des femmes et des îles
Cris et chuchotements [suivi de] Persona [et de] Le lien / Ingmar Bergman ; trad. du suédois par Jacques Robnard et Catherine de Seynes. - Paris : Gallimard, 1994. - 231 p. ; 18 cm. - (Folio, 2620).
ISBN 2-07-038917-0 
Je suis entourée par la mer et je me sens bercée comme un fœtus dans le sein maternel.

Elisabet, p. 117

NOTE DE L'ÉDITEUR
: […]
Cinéma, écriture : deux moyens d'expression. Bergman a conscience que les mots ne pourront jamais rendre dans son intégralité ce qui se passe dans un film. « C'est pourquoi j'offre au lecteur un texte très sommaire, un cryptogramme qui, dans le meilleur des cas, touchera l'imagination et la réflexion de chacun. » […]
N.T. BINH : Alma (Bibi Anderson) et Elisabet (Liv Ullmann) : l’infirmière et la patiente, la spectatrice et la comédienne, sont seules sur une île déserte. Elisabet est une vedette de la scène qui, du jour au lendemain, a été frappée de mutisme, en pleine représentation d’Electre. Soignée dans un institut où la doctoresse la considère « saine », elle est envoyée en convalescence sur une île, sous la surveillance d’Alma, jeune infirmière qui a la saine blondeur des clichés scandinaves. Mais durant ce court séjour, la situation bascule. Malgré les apparences, cette trame simplissime contient nombre de coups de théâtre. Le récit d'une orgie nocturne devient la séquence clé où l'actrice devient auditrice et où la thérapeute se fait exhibitionniste ; après cet évènement, Alma découvre une lettre qui ne lui était pas destinée, ce qui précipite la tragédie.

Bergman construit un film sur la dualité, certes, mais aussi sur la fusion des contraires. Il brouille les cartes, et Persona conserve le tranchant d'une œuvre parfaite, où rien n'est laissé au hasard. Rien si ce n'est l'émotion. Le cinéaste ne retrouvera pas souvent un tel équilibre entre le propos et l'accomplissement esthétique, entre le récit parfaitement agencé et les fulgurances de l'imprévu.

[…]

Lorsque Bergman découvre l’île de Fårö, pendant les repérages d'A travers le miroir, et surtout lorsqu’il décide d’y tourner Persona, il a enfin trouvé le lieu qui lui ressemble. Il s’y installe, y plante le décor de ses films, y fait venir ses amis, ses femmes, ses équipes […].

Le phalanstère bergmanien a donc un nom, Fårö, où la mise en scène n’est pas bridée par les tracas administratifs qui minent le directeur d'un grand théâtre. […]

Les démons qui habitent Bergman se matérialisent dans le décor de rêve et de cauchemar de Fårö. Bonheur et destruction, désormais, alternent dans chacun de ses films insulaires […].

« Ingmar Bergman, le magicien du Nord », Paris : Gallimard (Découvertes, 176), 1993 — pp. 78-79 et 88-89
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Cris et chuchotements [suivi de] Persona [et de] Le lien » trad. du suédois par Jacques Robnard et Catherine de Seynes, Paris : Gallimard, 1979
  • « Persona » découpage définitif et script original (scénario, adaptation, dialogues et réalisation d'Ingmar Bergman), L'Avant-scène Cinéma, 85, octobre 1968
  • Ingmar Bergman, « Laterna magica », Paris : Gallimard, 1987 ; Gallimard (Folio, 2238), 1991
  • Ingmar Bergman, « Images », Paris : Gallimard, 1992
  • Ingmar Bergman, « Monika », Paris : L'Avant-scène Cinéma (567, décembre 2007), 2007
 LE CINÉMA SUR LE SITE DES LITTÉRATURES INSULAIRES
En l'absence d'une sélection suffisamment développée, la liste qui suit regroupe quelques unes des références dispersées sur l'ensemble du site.
site du Bergman Center sur l'île de Fårö (Suède)

mise-à-jour : 18 avril 2019
Incarnation d'Alma dans Persona,
Bibi Andersson
est morte à Stockholm le 14 avril 2019

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX