Isabelle Le Corff

Le cinéma breizh-îlien : îles bretonnes et cinéma, illustrations de Nono

Skol Vreizh

Morlaix, 2016
bibliothèque insulaire
   
Iroise
îles de Bretagne Sud

îles de Bretagne Nord

parutions 2016

Le cinéma breizh-îlien : îles bretonnes et cinéma / Isabelle Le Corff ; illustrations de Nono. - Morlaix : Skol Vreizh, 2016. - 84 p. : ill. ; 20x22 cm.
ISBN 978-2-36758-051-7

La limite de la terre et des eaux devient le lieu d'un drame où s'affrontent les attaches terrestres d'une part, et d'autre part les amarres, les remorques, les cordes mobiles et libres.

Gilles Deleuze, à propos des films de Jean Epstein tournés sur les îles bretonnes
(cité en épigraphe p. 
3)

Depuis le temps où le création cinématographique était plus proche de l'artisanat que de l'industrie, les îles — et les îles bretonnes en particulier — n'ont cessé d'attirer réalisateurs et spectateurs.

Isabelle Le Corff retrace les étapes marquantes de cette histoire déjà longue. Des premiers temps ressort une figure majeure, celle de Jean Epstein qui a tourné dans plusieurs îles bretonnes et qui, par ailleurs, a réfléchi sur la pratique cinématographique en milieu insulaire. Depuis cette œuvre fondatrice jusqu'aux succès récents d'un cinéma soumis aux exigences du commerce, Isabelle Le Corff évoque les temps forts de chaque tournage et les anecdotes qui s'y rapportent, en s'attachant à éclairer les spécificités locales — on ne filme pas à Ouessant comme à Bréhat ou à Belle-Île.

A côté de pages d'histoires connues — le tournage de Dieu a besoin des hommes d'après un roman d'Henri Queffélec par exemple —, ce parcours d'île en île éclaire heureusement des moments restés plus discrets : le projet inabouti d'Appolinaire et André Billy à Bréhat, les péripéties d'un tournage inachevé à Belle-Île, ou encore le tournage aux îles Glénan d'un film érotique — Pénélope folle de son corps.

Il est rappelé enfin que certaines îles n'ont pas pour seule vocation de servir de décor : Groix, dotée dès 1933 d'une salle de projection — le Cinéma des familles — accueille chaque année depuis 2001 le Festival internation du film insulaire.
Introduction

Qu'on soit de Bretagne ou d'ailleurs, lorsqu'on embarque pour une île, il se passe quelque chose en nous d'inexplicable, une excitation mêlée de frissons. La mer nous saisit par son immensité et, si le vent nous procure une enivrante impression de liberté lorsqu'il nous caresse agréablement le visage par un matin d'été, il peut aussi s'allier à la mer et nous malmener le temps d'une traversée houleuse, le temps d'une tempête. Rochers découpés et récifs, vagues formées apparaissent comme autant de dangers soulignant notre fragilité de pauvres humains.

Alors, quand les côtes accidentées de l'île se devinent dans la brume et qu'un inconnu sur le bateau s'écrie : « là-bas, on aperçoit l'île ! » notre regard scrute l'horizon avec désir et se pose, rassuré, sur cette terre lointaine.
   
La puissance allégorique des îles bretonnes surgit d'un ciel calme et lumineux devenant soudain très sombre. Mais il ne faut pas s'y tromper et penser qu'une île en vaut une autre, que Houat ressemble à Belle-Île-en-Mer ou Molène à Ouessant. Chaque île à sa dramaturgie propre. L'île de Sein, qu'Anatole Le Braz appelait « l'île sinistre » ne ressemble à aucune autre ni par ses tempêtes ni par l'ambiance chaleureuse de ses bars. Même les îles du golfe du Morbihan ont chacune leur paysage, leurs rochers et leurs vasières, leur atmosphère bien singulière.

(…)

Les îles bretonnes sont (…) avant tout des lieux de vie, et aucun film n'a été réalisé sans la collaboration des îliens, sans leur participation à l'aventure. Les expériences filmiques, qu'il s'agisse de tournages ou de projections, sont renforcées par les pratiques communes et communautaires qu'elles génèrent.

Aussi, ce petit ouvrage est-il conçu comme un tour de Bretagne, une ballade cinématographique d'île en île (…).

pp. 4-6
 LE CINÉMA SUR LE SITE DES LITTÉRATURES INSULAIRES
En l'absence d'une sélection suffisamment développée, la liste qui suit regroupe quelques unes des références dispersées sur l'ensemble du site.
  • Anne Akrich, « Il faut se méfier des hommes nus », Paris : Julliard, 2017
  • Martin Barnier et Pierre Beylot, « Analyse d'une œuvre : Conte d'été, Eric Rohmer, 1996 », Paris : Librairie Vrin (Philosophie et cinéma), 2011
  • Alain Bergala, « Monika de Ingmar Bergman », Crisnée (Belgique) : Yellow now, 2005
  • Ingmar Bergman, « Monika », Paris : L'Avant-scène Cinéma (567, décembre 2007), 2007
  • Ingmar Bergman, « Cris et chuchotement [suivi de] Persona [et de] Le lien », Paris : Gallimard (Folio, 2620), 1994
  • Pierre Butin, Gilles Janin et Vincent Guigueno, « Un film entouré d'eau : histoire et mémoire de L'or des mers de Jean Epstein à Hoedic (1932-2005) », in Pierre Frustier (dir.), Les identités insulaires face au tourisme, La Roche-sur-Yon : Siloé, 2007
  • Jean Epstein, « L'or des mers », Baye : La Digitale, 1995
  • Jean-Luc Godard, « Les années Cahiers, 1950 à 1959 », Paris : Flammarion (Champs arts, 740), 2007
  • Vincent Guigueno, « Jean Epstein, cinéaste des îles : Ouessant, Sein, Hoëdic, Belle-Ile », Paris : Jean-Michel Place, 2003
  • Bernard Judge, « Waltzing with Brando : planning a paradise in Tahiti », Novato (California) : Oro editions, 2011
  • Andrea de Lauris et Pat Mullen, « Man of Aran (le film) » in Dominique Beugras (éd.), Les îles d'Aran, le voyage vers l'ouest, Paris : La Bibliothèque (L'Écrivain voyageur), 2000
  • Patrick Louguet, « Le voyage vagabond au cœur de l’œuvre cinématographique de Jacques Rozier (Les Naufragés de l’île de la tortue, Maine Océan  et Adieu Philippine) », in Francis Marcoin (éd.), Encore Robinson, Arras : Université d'Artois, Centre Robinson, 2017
  • Marc-Emmanuel Louvat, « Petite histoire du cinéma en Polynésie française, Cinematamua », Paris : L'Harmattan, 2016
  • Delos W. Lovelace, « King Kong » d'après une histoire de Edgar Wallace et Merian C. Cooper, Paris : Librio (Librio, 746), 2005
  • Pat Mullen, « Man of Aran », Cambridge (Mass.) : The M.I.T. press, 1970
  • Marie-France Pisier, « Le bal du gouverneur », Paris : Librairie générale française (Le Livre de poche, 6096), 1985
  • Pierre Sorlin, « L'Avventura (Michelangelo Antonioni, 1960) », Lyon : Aléas (Le Vif du sujet, 2), 2010
  • Liv Ullmann, « Devenir », Paris : Stock, 1977

mise-à-jour : 17 août 2018
Le cinéma breizh-îlien
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX